Strasbourg : Pourquoi votre plaque d’immatriculation va être relevée par des caméras

CHEESE Une enquête, via les caméras de surveillance, va relever ce jeudi et cela pendant 24 heures les plaques d’immatriculation dans certains points de l’Eurométropole

Gilles Varela
— 
Illustration d'une voiture sur un rond point. Le 23 05 06 à Strasbourg.
Illustration d'une voiture sur un rond point. Le 23 05 06 à Strasbourg. — G . VARELA / 20 MINUTES

Souriez ! Vous serez juste identifié. Du moins votre véhicule, son type, son année… Dans le cadre de la mise en place de la Zone à Faibles Emissions mobilité (ZFE), l’Eurométropole de Strasbourg va réaliser une enquête « sur la composition du parc automobile roulant ». La date de l’opération « est prévue ce jeudi et cela pendant 24 heures », précise Roland Golias du service déplacement de la ville de Strasbourg. L’idée étant de faire un état des lieux avant la mise en place effective de la ZFE.

Concrètement, l’enquête consiste en un relevé des plaques d’immatriculation par caméra dans plusieurs rues ou avenues de Strasbourg et des communes avoisinantes. Sur 19 points comme Quai des Alpes, rue de la Mairie à Schiltigheim, la M35… La liste précise est d’ailleurs indiquée sur le site de la ville. Une enquête téléphonique est également en cours pour connaître les habitudes de déplacement, le type de véhicule utilisé ajoute Roland Golias et un comptage est mis en place depuis quelques jours.

Mais pas de panique, ces données personnelles seront collectées par une société spécialisée dans la mesure des pratiques de mobilité, assure la collectivité. Les données seront transmises au Service déplacements de l’Eurométropole de Strasbourg, mais aussi à la délégation à la Sécurité routière du ministère de l’Intérieur ainsi qu’au bureau d’études Transitec qui procédera à leur analyse. Ces données seront conservées jusqu’à l’analyse des résultats, puis supprimées. Les études réalisées à la suite de cette enquête se baseront donc uniquement sur des données anonymes rassure l’Eurométropole. Bien entendu, un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de réclamation auprès de la CNIL est possible ou d’autres encore, selon des dispositions indiquées sur le site de la ville.

Ce relevé sera réalisé tous les deux ans pour suivre l’évolution de la composition du parc automobile en circulation et avoir un suivi de l’efficacité de la Zone à Faibles Emissions mobilités.