Strasbourg : Après les séismes, l’Eurométropole veut avoir son mot à dire sur les travaux de géothermie

COUP DE CHAUD Les projets de géothermie profonde dans la banlieue de Strasbourg ont causé plusieurs séismes, alors que des communes n’avaient pas été associées

20 Minutes avec AFP
— 
A Reichstett au nord de Strasbourg en septembre 2017, sur l'ancien site pétrolier reconverti en site de travaux de géothermie profonde.
A Reichstett au nord de Strasbourg en septembre 2017, sur l'ancien site pétrolier reconverti en site de travaux de géothermie profonde. — B. Poussard / 20 Minutes

Une mission d’information de l’Eurométropole de Strasbourg a appelé à associer davantage les collectivités locales à la conduite des projets de géothermie, après une série de séismes significatifs qui ont secoué l’agglomération en 2019 et 2020, dans un rapport publié vendredi. Cette mission d’information et d’évaluation (MIE), réunissant des élus de la métropole strasbourgeoise et de communes allemandes, des scientifiques, des associations et des citoyens, a déploré que les activités de géothermie demeurent une « prérogative de l’Etat » n’associant « pas suffisamment les collectivités et les citoyens ».

« Le code minier n’est plus adapté à des projets de cette nature : il faut qu’il évolue pour que les habitants, les élus, soient associés et puissent se prononcer sur les modalités d’exploitation des sous-sols » et les risques associés, estime Marc Hoffsess, adjoint à la maire écologiste de Strasbourg et président de la MIE. Le rapport souligne que la plupart des maires ont « eu le sentiment d’avoir été mis devant le fait accompli », tandis que les associations évoquent un « désert informationnel » face au projet de géothermie profonde mené jusqu’en décembre 2020 au nord de l’agglomération strasbourgeoise. Ce projet avait provoqué une série de séismes plus ou moins intenses dont l’un, de magnitude 3,5, a entraîné l’arrêt définitif des travaux.

Des communes jamais sollicitées

Les auteurs du rapport déplorent également que le périmètre des enquêtes publiques se limite aux « lieux d’implantation des projets concernés » et ne soit pas étendu à l’ensemble des territoires exposés aux risques. « Nous sommes frappés de voir que certaines communes ont découvert la géothermie profonde à l’occasion des séismes, mais n’avaient jamais été sollicitées » auparavant, expose Marc Hoffsess, réclamant des enquêtes publiques « beaucoup plus ouvertes ».

Le rapport a également pointé le « déficit de prise en compte des craintes exprimées » au sein de l’Eurométropole de Strasbourg qui réunit la capitale alsacienne et une trentaine de communes avoisinantes, l’Eurométropole ayant fait de la géothermie un élément majeur de sa stratégie de transition énergétique. La Préfecture du Bas-Rhin, de son côté, a constitué un comité d’experts chargé d’enquêter sur ces séismes afin de décider du futur des trois autres projets de géothermie en cours dans le département, actuellement suspendus.