Vers une levée des punitions ?

— 

Choqué par le comportement d'élèves du lycée Camille-See lors de la manifestation du 19 mars, Gilbert Meyer avait décidé de suspendre des subventions à leur établissement. Celles-ci devaient financer trois voyages de fin d'année, qui seront néanmoins maintenus. L'édile (UMP) de Colmar expliquait mardi, qu'outre ne pas avoir respecté le tracé de la manifestation, des lycéens avaient « été agressifs » envers des policiers et qu'ils les avaient traités « de tous les noms d'oiseaux ». Depuis, l'élu a indiqué qu'il envisageait de revenir sur sa décision si la direction du lycée s'engageait par écrit à faire en sorte d'éviter toute nouvelle dérive. Bon élève, le proviseur a répondu à cette demande hier. ■ P. W.