Strasbourg : Retour des chalets, priorité aux traditions, à l’authentique et la solidarité... Le marché de Noël 2021 présenté

NOËL Les grandes lignes de l’édition 2021 de l’opération Strasbourg Capitale de Noël ont été dévoilées ce mardi

Gilles Varela
— 
Le marché de Noël, au pied de la cathédrale de Strasbourg le 21 novembre 2019.
Le marché de Noël, au pied de la cathédrale de Strasbourg le 21 novembre 2019. — G. Varela / 20 Minutes
  • Le marché de Noël de Strasbourg va ouvrir ses portes le 26 novembre et cela pour 31 jours.
  • Au programme, le retour des chalets, priorité aux traditions, à l’authentique et la solidarité avec un concept qui va encore évoluer pendant les prochaines années du mandat de la nouvelle municipalité.
  • Les chalets seront plus espacés et répartis sur de nouvelles places de la ville afin de favoriser la fluidité des passages des Strasbourgeois et des visiteurs, mais aussi mettre en valeur le patrimoine architectural de la ville.

« Autant le dire tout de suite, nous ne répondrons à aucune question sécuritaire et sanitaire. Elles feront l’objet d’une conférence de presse ultérieure avec la préfecture. » C’est par ces mots que la maire de Strasbourg Jeanne Barseghian a d’entrée balayée les multiples questions qui brûlaient pourtant aux lèvres des journalistes invités ce mardi à une conférence de presse sur l’opération Strasbourg Capitale de Noël. Même si l’on sait déjà, par un courrier envoyé aux habitants, que le stationnement en voirie sera interdit dans la Grande Ile, et la circulation très limitée selon plus ou moins les mêmes conditions que lors des précédentes éditions. Les trams desserviront en revanche toutes les stations, exceptée celle de la place Broglie. Mais les questions, notamment des check-points et d’un éventuel pass sanitaire, restent donc entières.

L’équipe municipale s’est en revanche étendue sur la programmation, la présentation, et les valeurs qu’elle souhaite défendre. Cette édition 2021, intitulée « Allumons les étoiles », à l’image du chemin des étoiles qui illuminera la promenade des Strasbourgeois et des visiteurs dans toute la ville jusqu’au pont Sainte-Madeleine. Une édition qui se veut « unique, magique, solidaire et authentique », sans tomber dans le « sur-tourisme » tout en gagnant en qualité. « L’idée n’est pas d’accueillir moins de visiteurs s’est défendue la maire, mais de gagner qualitativement. De permettre aux Strasbourgeois de se réapproprier le marché de Noël, eux qui, de plus en plus, finissaient par le bouder », assure Jeanne Barseghian

Une réappropriation du marché

Nouvelle ambition, nouveaux enjeux. La municipalité compte réaffirmer des valeurs fortes comme « celles de l’authenticité, de la modernité et de la solidarité » qui seront le fil rouge de cette édition. Tout en veillant à préserver son potentiel économique, qui représente plus de 250 millions d’euros de retombées économiques. Pour cela, les Strasbourgeois et les visiteurs seront invités dès le 26 novembre à prendre part à l’inauguration en « constituant une chorale » qui se produira sur différents sites avant l’allumage du grand sapin et une déambulation, elle aussi participative. En revanche, finie la grande estrade avec un artiste vedette. La place Kléber accueillera un village du partage, remis en valeur, avec près de 90 associations qui organiseront aussi du 16 au 19 décembre des tables rondes et des conférences dans la salle de Bal de l’Aubette. Le public sera également invité à participer à des collectes solidaires ou de partager une soupe concoctée par quatre chefs étoilés le 24 décembre à 17 heures au pied du sapin.

Un grand sapin qui sera orné cette année de formes en bois brut, de silhouettes contemporaines évoquant les moules à Bredele et la cathédrale, ainsi que de boules rouges et blanches rappelant les pommes à l’origine des décorations des sapins de Noël.

Un concept qui évolue

Nouvelles décorations, nouvelles illuminations aussi avec plus de 33 kilomètres de guirlandes électriques qui vont embellir les 14 places de la ville accueillant près de 320 chalets cette année. Quasiment autant qu’en 2019. Mais surtout, une nouvelle disposition des marchés de Noël, avec des allées plus larges pour fluidifier le passage des visiteurs. Des marchés répartis sur toutes les places de la Grande Ile, dont quatre nouvelles. L’idée étant aussi de mettre en valeur leur patrimoine. Comme place Broglie, où la nouvelle répartition des chalets permettra un mapping vidéo sur la façade de la mairie. Une première qui expliquera par des comptes en image le Christkindelsmärik. À nouveau réinvestie, la place du Château accueillera des chalets du parvis de la cathédrale. Le marché off sera à nouveau installé place Grimmeissen. Autre place forte, le square Louise-Weiss, réaménagé, accueillera le village de l’Avent, avec des ateliers créatifs mais aussi des spectacles de danse, de théâtre.

Autre grande nouveauté, le pays invité, l’Allemagne, n’aura pas de chalet place Gutenberg. Celle-ci sera occupée par un PC santé et sécurité. En revanche, les artistes allemands proposeront des expositions, sur le monde des contes et des spectacles, des concerts, en différents lieux de la ville.

Une évolution du marché de Noël qui va se poursuivre et se renforcer pendant tout le mandat de la nouvelle municipalité qui compte également « mettre en place une consultation citoyenne pour associer la population au projet d’évolution de cet évènement » qui reste incontournable.