Strasbourg : Dans le quartier de Koenigshoffen, « l’effet tram » se fait attendre

BIP BIP Habitants, commerçants et élus misent surtout sur l’extension de la ligne sur l’intégralité de la route des Romains, prévue pour fin 2025

Luc Sorgius
— 
A l'arrêt de tram Comtes, dans le quartier Koenigshoffen à strasbourg.
A l'arrêt de tram Comtes, dans le quartier Koenigshoffen à strasbourg. — L. Sorgius / 20 Minutes
  • Depuis août 2020 à Strasbourg, la ligne F du tramway a été prolongée jusqu'à l'entrée de Koenigshoffen.
  • Attendue de longue date par les habitants, l'arrivée du tram n'a pas révolutionné la vie de ce quartier en périphérie de la capitale alsacienne.
  • Les acteurs locaux misent sur l'extension programmée de la ligne jusqu'à Wolfisheim en 2025 pour engender une véritable dynamique.

Derrière le comptoir du Tabac des Comtes, Cyriaque Didaux a le sourire. Depuis août 2020 dans le quartier strasbourgeois de Koenigshoffen, le buraliste a pignon sur tram. « L’arrêt est juste en face de chez moi, donc oui, j’ai senti une évolution au niveau de l’activité. On est plutôt content, c’est sûr », indique le commerçant.

Le prolongement de la ligne F jusqu’à l’entrée de ce quartier en périphérie de Strasbourg était attendu de longue date par ses habitants. Un an après sa mise en service, qu’est-ce qui a changé à Koenigshoffen ? Eh bien pas grand-chose, selon les riverains eux-mêmes. Jocelyne, qui vit dans le quartier depuis 2001, se dit même « déçue » : « Je travaillais à la Robertsau, de l’autre côté de la ville, donc j’espérais gagner du temps avec le tram. Mais ce n’est pas forcément le cas. »

Un peu plus loin, une habitante réfléchit à la question, avant de concéder n’avoir « pas ressenti d’évolution » : « Je ne saurai pas vous citer une ouverture de commerces qui changerait la physionomie du quartier… » Elle ajoute néanmoins que « c’est une bonne nouvelle ».

Le prix de l’immobilier a grimpé

En revanche, tous s’accordent pour dire que le prix de l’immobilier a grimpé. Au guichet du Tabac des Comtes, Fabienne, à Koenigshoffen depuis trente-cinq ans, peste : « Ça a flambé, et pas qu’un peu ! Des appartements qui se vendaient 140.000 euros il y a deux ans sont aujourd’hui à 190.000 euros. »

Un constat partagé par Jocelyne : « Il y a beaucoup d’agences immobilières qui nous contactent pour vendre nos biens. L’été dernier, j’ai reçu au moins quatre prospectus d’agences dans ma boîte aux lettres, et autant de coups de fil ! »

« Pas convaincu par un effet tram »

Installé depuis cinq ans à Koenigshoffen, Raphaël Grosse, gérant de Raphaël Immo, confirme « une augmentation des prix dans le quartier depuis un an et demi, de plus de 15 % ». Concernant un éventuel « effet tram », il est dubitatif : « C’est dans l’imaginaire des propriétaires vendeurs, mais pour ma part, je n’en suis pas convaincu. »

Dans la sphère économique, ce n’est pas encore la panacée. « J’ai été contacté par des professions de service de type médical ou de la petite enfance, mais pas forcément d’entreprises d’autres secteurs d’activité », avance l’agent immobilier, qui évoque davantage « une ruée sur ces logements très proches du centre-ville de Strasbourg, notamment les maisons », prisés par les futurs acquéreurs qui ne trouvent pas leur bonheur dans « un hypercentre hors de prix ».

En attendant une nouvelle extension

Raphaël Grosse lance un pari ; le prolongement de la ligne de tram de Koenigshoffen jusqu’à Wolfisheim va « remodeler le quartier et dynamiser le commerce au niveau de l’axe du tram ». Un avis que partage Pierre Ozenne, adjoint à la ville de Strasbourg et référent du quartier : « Qu’il n’y ait pas eu d’évolution radicale, c’est normal. La crise sanitaire est aussi passée par là. Mais je reçois de nombreuses sollicitations, que ce soit au niveau économique et dans l’habitat, par des gens qui souhaitent s’installer à Koenigshoffen. »

Pour l’élu, l’arrivée du tram a surtout aboli « l’ancienne frontière psychologique avec l’autoroute, il y a moins cette impression de coupure ». La mise en service du tracé sur l’intégralité de la route des Romains est « attendue pour fin 2025 ». « Pour l’instant, c’est une étape dans un projet plus global. Notre souhait, c’est que le faubourg s’articule autour du tram, un peu comme dans le centre-ville de Strasbourg », conclut l’adjoint.