Mulhouse : Trop bas pour les bus et les camions, un pont ferroviaire devient célèbre pour ses encastrements

ACCIDENT Une page Facebook a été crée en hommage à l'ouvrage et compte plus de 7.000 fans

Thibaut Gagnepain
— 
« Je t'avais dit qu'on ne passait pas, Michel »
« Je t'avais dit qu'on ne passait pas, Michel » — Page Facebook « Le pont de la Fonderie - Mulhouse »
  • Le pont de la Fonderie, ou pont Coubertin, à Mulhouse, n’en finit pas de faire parler de lui.
  • Pourquoi ? Car de nombreux véhicules s’y encastrent, leurs chauffeurs ne voyant souvent pas que sa hauteur n’est que de 2,70 m.
  • Des travaux sont prévus, mais pas avant 2024.

« Sept jours sans rien bouffer… » Le modérateur de la page Facebook dédiée au pont de la Fonderie, à Mulhouse, n’a plus rien à se mettre sous la dent ces temps-ci. Finies les photos de véhicules coincés sous le fameux ouvrage ! « Tant mieux, ça veut peut-être dire qu’il commence à être connu et que je n’ai pas servi à rien », s’amuse l’intéressé, qui préfère garder l’anonymat.

Cet habitant de la ville la plus peuplée du Haut-Rhin s’est lancé début septembre dans cette aventure « avant-tout humoristique et vraiment pour souligner qu’il y a un problème ». « Il n’y a rien de politique dans mes publications, j’assume mon second degré », précise-t-il encore, lui qui voit depuis des années les accidents se multiplier « pas sous la jupe mais sous le kilt » du désormais célèbre pont.

« Ce pont est hors gabarit mais pas hors la loi »

Ce dernier n’a jamais causé d’accident mortel, mais des dizaines de véhicules y ont abîmé un morceau de leur toit. Dont un bus scolaire, début octobre. Pourquoi ? Car l’ouvrage, qui soutient une voie ferrée et appartient à la SNCF, est situé à 2,70 m de haut. Soit bien plus bas que la grande majorité de ses (grands) frères.

« Aujourd’hui, on ne construit pas en dessous de 4,30 m. Cela signifie que ce pont est hors gabarit mais pas hors la loi », confirme Claudine Boni Da Silva. L’adjointe municipale en charge de la voirie à Mulhouse l’assure : le dossier est connu depuis des années par l’équipe de la maire Michèle Lutz. « Dès 2018, une demande d’arrêt des trains avait été demandée à la SNCF afin que des travaux puissent avoir lieu. Et en avril dernier, nous avons encore voté le financement d’études d’avant-projet. »

La signalétique qui va être installée d'ici fin octobre.
La signalétique qui va être installée d'ici fin octobre. - Mairie de Mulhouse

Celles-ci sont actuellement menées et devraient permettre de définir un chantier programmé en 2024 et estimé à près de 3 millions d’euros. Il consistera à creuser la chaussée, afin de laisser 4,30 m entre l’asphalte et le bas de l’ouvrage. « Cela coûtera environ 1,5 million d’euros pour la voie et 1,2 million pour les piles du pont. Sachant que des ingénieurs doivent déterminer s’il faut adapter pour respecter les normes parasismiques. Dans ce cas-là, la SNCF devra participer. »

En attendant, l’entreprise et la mairie se sont entendues jeudi dernier sur la mise en place d’une nouvelle signalétique qui sera déposée la semaine prochaine sur la jupe du pont Coubertin, son nom officiel. Des deux côtés. « Elle sera doublée par des panneaux avec des images chocs », précise l’adjointe. « Et en janvier, des gabarits, comme les barrières qui sont installés en hauteur sur les parkings, seront installés », ajoute la SNCF. La grève de la faim pourrait durer pour le pont