Strasbourg : « C’est déjà pas mal »… Le retour des députés européens fait du bien à l’économie locale, mais l’embellie se fait attendre

COMEBACK Depuis juin, les parlementaires font leur retour progressif dans l’hémicycle et les rues strasbourgeoises

Luc Sorgius
— 
Le Parlement européen à Strasbourg.
Le Parlement européen à Strasbourg. — T. Gagnepain / 20 Minutes
  • Depuis juin, les députés européens sont de retour à Strasbourg, après 16 mois d'interruption liée à la crise sanitaire.
  • Une bonne nouvelle pour les acteurs économiques locaux, qui voient déjà la différence dans leurs activités.
  • Pour autant, tous s'accordent à dire qu'il y a encore du chemin avant de retrouver le même niveau d'activité qu'avant la crise sanitaire.

Ils sont de retour. Ce lundi, les députés européens se retrouvent à Strasbourg pour une nouvelle session parlementaire dans l’hémicycle du Wacken, la deuxième au mois d'octobre. Une habitude retrouvée depuis juin, seize mois après l’interruption forcée des sessions à cause de la crise sanitaire.

A Strasbourg, l’instauration progressive des sessions en présentiel a de quoi réjouir les acteurs de l’économie locale, encore éreintés par l’arrêt brutal de leur activité. « On sent que ça monte crescendo. C’est difficile à estimer d’un point de vue chiffré, mais le retour des parlementaires a un impact incontestable, d’après les retours que me font les commerçants », note Pierre Bardet, directeur général des Vitrines de Strasbourg.

« Pourvu que ça continue »

« C’est forcément quelque chose qui fait travailler un peu tout le monde », renchérit Hakim Kerkoub, président de Taxi 13, la plus grande plateforme de taxis à Strasbourg. « Pour nous, ça commence à la gare, le lundi après 12 heures. Ensuite, on dépose les députés et les assistants au Parlement ou à leur hôtel. Puis il y a les restos le soir, la sortie du Parlement… Ça en fait des allers-retours ! Pourvu que ça continue… »

S’il insiste sur le positif, Hakim Kerkoub observe également « une montée en crescendo » : « On ne retrouve pas le Parlement d’avant-Covid, mais c’est déjà pas mal. » Pierre Bardet abonde : « Ce n’est pas la panacée, il y a moins de collaborateurs qui viennent à Strasbourg qu’avant. Mais c’est mieux que zéro. » Le directeur général de l’association des commerçants attend « décembre » avec impatience : « C’est un mois durant lequel les parlementaires viennent souvent en famille. C’est vraiment à ce moment-là qu’on pourra mesurer l’impact de leur retour. »

Mieux que rien, mais pas encore tout à fait ça. Un constat partagé par Pierre Siegel, patron des hôteliers du Bas-Rhin. « On est parti de tellement bas en 2020 qu’il ne pouvait y avoir qu’un effet positif. Mais on est encore loin d’afficher complet. Oui, les sessions parlementaires contribuent à la reprise, mais il y a encore du chemin », lance le propriétaire de l’hôtel Best Western Monopole Métropole à Strasbourg.

« Enormément d’idées reçues »

Plus globalement, Pierre Siegel relativise « l’impact du retour des députés européens » : « Evidemment qu’il est positif. Mais il ne faut pas oublier que l’on parle de trois ou quatre jours par mois. Après cela, il nous en reste encore 27 pour remplir nos chambres d’hôtel. C’est évidemment important, mais heureusement qu’il y a d’autres clientèles pour vivre. »

Selon lui, les retombées sont davantage « indirectes » : « Leur présence à Strasbourg a un impact sur l’attractivité touristique. Mais déjà avant le Covid, cela représentait 15 % de l’activité hôtelière de Strasbourg. Il y a énormément d’idées reçues. »

De son côté, Hakim Kerkoub se veut philosophe et prône la prudence, dans un contexte où la pandémie menace toujours : « Je pense qu’il ne faut pas griller les étapes. Mieux vaut aller doucement plutôt que de tout foutre en l’air. C’est bien de ne pas brusquer les choses avec un retour en douceur des députés. Et quand ils sont là, c’est quand même un plus ! »