Quelle place pour le skate à Strasbourg ?

STREET CULTURE Skateurs et municipalité strasbourgeoise multiplient les rendez-vous afin de trouver des solutions pour un meilleur partage de l’espace public

Luc Sorgius
— 
Le parvis du tribunal, l'un des spots prisés par les skateurs à Strasbourg
Le parvis du tribunal, l'un des spots prisés par les skateurs à Strasbourg — Noé Castro
  • Depuis plusieurs années à Strasbourg, les skateurs réclament des structures adaptées à leur discipline.
  • Ce sera chose faite, courant 2022, avec la création d’un nouveau skatepark dans le parc de la Citadelle.
  • En attendant, municipalité et skateurs continuent de se concerter pour une meilleure cohabitation avec les riverains en ville.

Le skateboard à Strasbourg, ça fait encore trop souvent des étincelles. En janvier dernier, une altercation avait opposé skateurs et policiers municipaux devant le musée d’art moderne, un des « spots » historiques de la ville. La séquence a été filmée et diffusée sur YouTube. « Il y a un ras-le-bol », lance Yannick « Dollin » Burg, fondateur de l'association 67skateboard, lancée juste après « la confrontation » pour centraliser les initiatives autour du skateboard dans le département. « A Strasbourg, les skateurs sont quand même mal vus par la police. C’est triste, alors qu’on fait tout pour laisser le spot propre. »

L’incident témoigne surtout d’un malaise dans cette communauté qui ne cesse de croître, à Strasbourg comme ailleurs. Après le confinement, les verbalisations envers les skateurs se sont multipliées au « Z », le surnom du spot du musée, mais aussi devant le tribunal, autre place forte informelle du skate strasbourgeois.

Un rassemblement est d’ailleurs prévu sur le parvis du tribunal ce samedi après-midi, en présence de l’élue de quartier Sophie Dupressoir. « Un travail de terrain, comme on en fait plein sur le sujet au quotidien », indique la conseillère municipale. Au menu, la cohabitation parfois tendue entre skateurs et habitants du quartier.

Plaintes et « amalgame »

« Les riverains se plaignent régulièrement de problèmes de nuisance et de sécurité, relate Owusu Tufuor, adjoint aux sports à la ville de Strasbourg. Là, nous sommes dans une phase de concertation avant une éventuelle remédiation, car il faudra peut-être une régulation en termes d’usage. » S’il n’occulte pas certaines dérives, Yannick Dollin nuance : « Il ne faut pas confondre les gens qui font réellement du skate et les squatteurs qui ont des planches et qui mettent la musique à fond après 22 heures. Malheureusement, les gens font l’amalgame… »

Le fondateur de 67skateboard en profite pour saluer l’action de Sophie Dupressoir : « Elle est venue nous voir devant le tribunal en début d’année pour discuter et nous a expliqué qu’elle est vraiment contre l’interdiction du skate en ville. D’ailleurs, elle a tout fait pour qu’il n’y ait plus d’amendes devant le tribunal. »

Des infrastructures pas (encore) adaptées ?

Au-delà de la question de sa place en centre-ville se pose celle d'un lieu dédié à la discipline à Strasbourg. L’un des combats majeurs des skateurs locaux. Il y a bien le park de la Rotonde « qu’il ne faut pas oublier », insiste Owusu Tufuor. « Sauf que ce n’est pas un skatepark, mais un endroit fait pour le roller ou le BMX, embraie Yannick Burg. Ce n’est pas adapté, c’est trop grand et il y a zéro module pour le skate ! » Un constat que ne partage pas l’adjoint aux sports : « On ne peut pas dire que le park de la Rotonde n’est pas dimensionné pour le skate. »

A ce titre, la création d’un skatepark dans le parc de la Citadelle suscite beaucoup d’espoirs. Le projet, qui porte sur une superficie d’environ 1.200 m² et dont le visage définitif « est encore à l’étude », dixit Owusu Tufuor, devrait voir le jour « très probablement au milieu de l’année prochaine » selon l’élu.

Le skatepark de la Citadelle aura une superficie d'environ 1.200 m². Sa construction est prévue pour le milieu de l'année prochaine.
Le skatepark de la Citadelle aura une superficie d'environ 1.200 m². Sa construction est prévue pour le milieu de l'année prochaine. - Ville de Strasbourg

« Trouver le vivre-ensemble »

La nouvelle réjouit Yannick Burg, mais le skateur pousse la réflexion plus loin : « Pourquoi le mobilier urbain ne serait-il pas directement adapté au skate, avec par exemple des bancs sur lesquels on disposerait des arêtes métalliques pour éviter de les abîmer ? » Citant l'exemple de Bordeaux, dont la municipalité précédente avait initié une démarche en ce sens.

Chaque chose en son temps, rétorque Owusu Tufuor. « Qu’on arrête de dire qu’il n’y a rien pour le skate à Strasbourg. Notre municipalité est là depuis un an. Nous avons pris à bras-le-corps la création d’un skatepark. Maintenant, il ne faut pas prendre de décision qui pourrait nous mettre dans la difficulté. »

L’élu n’exclut pas « de travailler si besoin sur d’autres modules dans d’autres lieux ». « Il faut trouver le vivre-ensemble dans la ville. Je suis conscient que le skate est une culture urbaine avec une dimension de liberté. Le skatepark de la Citadelle sera un lieu dédié à ça, ouvert à toutes et à tous, donc il faudra laisser les riverains tranquilles. » Une certitude : pour contenter tout le monde, il y a encore du pain sur la planche à roulettes.