Strasbourg : « Si on constatait les feux grillés, ce serait un carnage »… Pluie d’amendes pour les cyclistes et usagers de trottinette

SECURITE ROUTIERE Une opération de police visant particulièrement les personnes vulnérables, les « usagers non carrossés » comme les cyclistes ou les utilisateurs de trottinettes électriques, a fait pleuvoir les PV dans la ville de Strasbourg, mercredi

Gilles Varela
— 
Contrôles de police des vélos, des trottinettes électriques et EDP dans Strasbourg le 6 octobre 2021
Contrôles de police des vélos, des trottinettes électriques et EDP dans Strasbourg le 6 octobre 2021 — G. Varela / 20 Minutes
  • La police nationale menait une opération mercredi dans Strasbourg pour « protéger les personnes vulnérables » sur la route, les usagers non carrossés, comme les cyclistes ou ceux qui utilisent les nouveaux équipements de déplacement personnel.
  • Dans le top 5 des infractions habituellement relevées, les écouteurs ou oreillettes, suivi de très près par les feux grillés, les refus de priorité, les téléphones portables en main. Ces opérations de police sont très régulières dans Strasbourg.
  • Nouveau phénomène constaté également à Strasbourg, les trottinettes qui peuvent dépasser largement les 25 km/h autorisés, les défauts d’assurance.

Gaëtan, étudiant, n’en revient pas. Il roulait tranquillement sur une piste cyclable près de la Bourse à Strasbourg, lorsque des policiers qui guettaient les infractions lui ont demandé de s’arrêter. Motif, le port d’une oreillette. « Je ne savais pas que d’avoir un seul écouteur était interdit, c’est pas un casque », semble s’étonner l’étudiant. Surpris, pas vraiment ravi et pas « convaincu par cette amende vraiment trop chère », le jeune cycliste accepte cependant, sourire en coin, la sentence : 135 euros, minorée à 90 euros s’il paye dans les 15 jours.

Et des cyclistes ou des usagers de la trottinette verbalisés, pris en flagrants délits mercredi, il y en avait beaucoup le long de la piste cyclable. La quinzaine de policier de la brigade motorisée et de Sécurité routière mobilisé pour cette opération relevait des infractions à la pelle, tout comme les excuses données, souvent les mêmes. « Et si on les constatait toutes, ou même seulement les feux grillés, ça serait un carnage », assure un des agents.

Contrôles de police des vélos, des trottinettes électriques et EDP dans Strasbourg le 6 octobre 2021
Contrôles de police des vélos, des trottinettes électriques et EDP dans Strasbourg le 6 octobre 2021 - G. Varela / 20 Minutes

« Protéger les personnes vulnérables »

Dans le top 5 des infractions habituellement relevées, les écouteurs ou oreillettes, suivi de très près par les feux grillés, les refus de priorité, les téléphones portables en main, confirme le commandant Rabet qui supervise l’opération. Des opérations initiées par la préfecture dans les 18 départements de la zone de défense et de sécurité Est, révèle Dominique Schuffenecker, directeur de cabinet de la préfète. « L’objectif, c’est de protéger les personnes vulnérables, les usagers non carrossés. Le risque d’être tué est plus important et ils sont souvent victimes de leur propre infraction. Beaucoup n’ont pas conscience du danger que cela entraîne. » Une opération décidée aussi, reconnaît le directeur, « après la mort d’un cycliste, un coursier, la semaine dernière rue de la Minoterie, percuté par une voiture. Le premier de l’année à Strasbourg. »

Contrôles de police des vélos, des trottinettes électriques et EDP dans Strasbourg le 6 octobre 2021
Contrôles de police des vélos, des trottinettes électriques et EDP dans Strasbourg le 6 octobre 2021 - G. Varela / 20 Minutes

Une opération en présence de la presse pour marquer le coup ? Pas seulement reconnaît le commandant Rabet. « Il y en a très régulièrement, au moins tous les deux jours dans Strasbourg. » Mais ce mercredi, il n’y avait pas que les cyclistes qui étaient interceptés. Les EDP (engins de déplacement personnel) aussi, dont pas mal de trottinettes électriques. « C’est un nouveau phénomène qui arrive à Strasbourg avec des engins de plus en plus rapides, qui dépassent largement les 25 km/h autorisés », assure le commandant de police, citant une interception à 116 km/h à Strasbourg.

Et la démonstration n’est pas longue. Arrive un jeune homme, sans casque, écouteurs aux oreilles, avec une trottinette qui a tout de suite tapé dans l’œil des agents de police. Le véhicule, testé sur champ par un contrôleur de vitesse mobile, démontre qu’elle peut atteindre les 66 km/h. Ce qui étonne son conducteur. « Je l’ai acheté comme ça », tente ce dernier. Additionnant les infractions et même un délit, il sera finalement placé en garde à vue dans la foulée et son véhicule saisi.

« Acheté comme ça », c’est aussi l’argument d’Arthur, 37 ans. Au guidon d’un véhicule électrique « hybride », un EDP entre trottinette avec selle, vélo sans pédales, muni de gros pneus, il est aussi en infraction même s’il ne peut pas dépasser les 25 km/h. Achetés en 2016 alors qu’il y avait un vide juridique sur ces engins, les utilisateurs se retrouvent bien souvent en infraction sans même le savoir, car le Code de la route leur impose à présent l’obtention d’une carte grise, d’une plaque d’immatriculation, de clignotants, du port du casque, de gants… Comme pour un deux-roues motorisé, au risque d’être saisi.

Contrôles de police des vélos, des trottinettes électriques et EDP dans Strasbourg le 6 octobre 2021
Contrôles de police des vélos, des trottinettes électriques et EDP dans Strasbourg le 6 octobre 2021 - G. Varela / 20 Minutes

Dépité, prouvant sa bonne foi, assuré, Arthur, qui utilise quotidiennement ce moyen de transport pour se rendre au travail, n’a pas été verbalisé mais s’est résolu à ne plus l’utiliser même s’il reste sans solution pour le régulariser, les fournisseurs de son véhicule ayant depuis, souligne le conducteur, baissé le rideau. Il est finalement rentré chez lui en le poussant, mais sain et sauf.