Grossmann s'auto-critique

— 

« Ce n'est pas l'équipe de Roland Ries qui a gagné les élections municipales, c'est nous qui les avons perdues. » Dixit Robert Grossmann, ex-président (UMP) de la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS). Une confession livrée hier lors de la conférence de presse qu'il a tenue avec les membres de son groupe politique d'opposition UMP-Nouveau centre et indépendants. Elle était consacrée au bilan de l'année de mandat du maire (PS), Roland Ries. « Un honnête homme qui voudrait bien faire, mais dont le problème est son équipe caractérisée par un très grand amateurisme », dit Robert Grossmann. Il affirme surtout vouloir « construire le renouveau de l'opposition », en n'omettant pas d'analyser les causes de la défaite. « Sans doute ma très grande proximité avec Nicolas Sarkozy nous a coûté plus qu'à d'autres équipes UMP. Mais il y avait aussi l'image. La mienne se caractérisait peut-être par un peu trop de passion, parfois un peu trop de flamme, et puis j'ai le verbe haut ». ■L. M.