Les forces de l'ordre font usage de gaz lacrymogène

— 

Une répétition générale avant le sommet de l'Otan ? Pour disperser la manifestation, à laquelle participaient plus de 2 000 étudiants et enseignants-chercheurs, les forces de l'ordre ont utilisé du gaz lacrymogène hier, lorsque le cortège a voulu rejoindre la place de la gare, ce qui n'était pas prévu. « C'est totalement disproportionné. Il n'y avait aucune volonté de casse » chez les manifestants, s'indigne Olivier, étudiant en sciences sociales. Frédéric, enseignant-chercheur en égyptologie, dit « ne pas avoir compris » cette intervention « alors que nous marchions tranquillement ». Curieusement, les forces de l'ordre ont ensuite laissé les manifestants gagner le parvis de la gare. Certains ont dansé au son de tambours, face aux gendarmes mobiles positionnés aux portes du bâtiment, avant de quitter les lieux une heure plus tard sans incident. ■ L. M.