La majorité veut un habitat mieux loti

Ludovic Meignin

— 

La CUS veut gagner du terrain. La Communauté urbaine de Strasbourg qui présentait hier son programme local de l'habitat (PLH) a décidé de mettre l'accent sur l'achat de foncier. « C'est le nerf de la guerre », affirme Philippe Bies, vice-président socialiste de la CUS en charge de la politique du logement, qui estime qu'un gros retard avait été pris dans ce domaine par la majorité précédente. « Nous allons doubler dès cette année le budget alloué aux acquisitions foncières pour le logement. Elles vont ainsi passer de 1,5 million l'an passé à 3 millions d'euros en 2009 », a-t-il annoncé. Cette mesure doit permettre de disposer des terrains nécessaires pour bâtir 3 000 logements par an, dont 1 500 subventionnés, objectif que s'est fixé la collectivité.

Pour s'en donner les moyens, les aides à la réalisation de logements aidés vont progresser dès cette année. Elles passent de 4 200 euros à 5000 euros par construction pour l'habitat social. Le logement dit « très social » bénéficiera pour sa part d'un coup de pouce supplémentaire avec une aide de 9 000 euros par réalisation contre 6 000 euros en 2008.

Par ailleurs, afin de promouvoir un « habitat durable » s'inscrivant dans le Plan climat, une aide spécifique est prévue pour l'amélioration du bâti existant. Le parc de logements aidés pourra bénéficier dans ce cadre de 2 900 euros par unité lorsque des travaux visant, par exemple, à améliorer la performance énergétique seront entrepris.

Enfin, pour oeuvrer au maintien à domicile des personnes âgées ou malades, une « maison de santé urbaine » va ouvrir prochainement dans le quartier du Neuhof, à titre expérimental. Elle pourrait notamment regrouper sous un même toit des professions de santé spécialisées dans les soins à domicile. Le PLH sera examiné en conseil de CUS le 20 mars.■