Pass sanitaire en Alsace : Ce qu’il faut savoir des nouvelles mesures

EPIDEMIE Jusqu’au 15 novembre, le laissez-passer devient nécessaire dans un très grand nombre de lieux publics

G.D.
— 
Pass sanitaire Covid-19, dans un Bowling, à Douai, dans le Nord, le 9 Aout 2021
Pass sanitaire Covid-19, dans un Bowling, à Douai, dans le Nord, le 9 Aout 2021 — FRANCOIS GREUEZ/SIPA

L’extension du pass sanitaire est entrée en vigueur, lundi. Jusqu’au 15 novembre, le laissez-passer devient nécessaire dans un très grand nombre de lieux publics. En Alsace, voilà la liste des endroits touchés par ce dispositif, comme l'annonce France Bleu.

Dans les cafés, bars et restaurants

En salle, comme en terrasse, tous les cafés, bars et restaurants nécessitent de présenter le pass sanitaire. Seule la vente de plats à emporter en est exemptée.

Dans les centres commerciaux

La préfecture du Haut-Rhin a annoncé, lundi, que le pass sanitaire n’était exigé dans aucun centre commercial de plus de 20.000 m2, jusqu’à nouvel ordre. Dans le Bas-Rhin, l’étude se fait au cas par cas et l’arbitrage n’a pas encore été tranché. En attendant, aucune exigence du pass.

Dans les transports

Les longs trajets sont les seuls visés par la loi. Dans les aéroports de Strasbourg et de Bâle-Mulhouse, les pass sanitaires sont donc désormais vérifiés. Pour les TGV, des contrôles aléatoires mais « massifs », selon la SNCF, sont exercés dans les gares de Strasbourg, Mulhouse et Colmar. Ces contrôles sont effectués sur le quai ou à bord des TGV. En cas de non-présentation, l’amende est de 135 euros.

Les cars longue distance sont aussi concernés par la mesure. Chez Flixbus, chaque chauffeur dispose d’un outil pour flasher le QR code.

Dans les hôpitaux et maisons de retraite

Visiteurs ou patients non urgents doivent aussi présenter un pass sanitaire pour accéder aux hôpitaux et Ehpad. Le Conseil constitutionnel, dans sa décision, a tenu à préciser que cette mesure peut s’appliquer tant qu’elle ne fait pas « obstacle à l’accès aux soins ».

Pour l’instant, les Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) n’ont pas donné d’informations sur la mise en place du pass sanitaire. L’organisation est compliquée en raison des nombreuses entrées. « Une usine à gaz. Qui décide qu’un patient est urgent ou non urgent ? », s’interroge Pierre Wach, secrétaire général de la CGT aux HUS sur la radio régionale.

A l’hôpital de Saverne, les horaires des équipes de sécurité ont été étendus. De son côté, le GHR Mulhouse Sud-Alsace confirme que le dispositif est applicable depuis lundi sur tous les sites. Une « tolérance » sera appliquée jusqu’au 15 août.