Un plan de relance version local

Philippe Wendling

— 

On va parler chiffres au centre administratif, cet après-midi. Parmi les points à l'ordre du jour du conseil municipal, l'étude d'un « plan de soutien à l'économie locale » élaboré par la majorité socialiste. Le dispositif propose une accélération de l'investissement et une simplification des relations entre la collectivité et les fournisseurs en vue de faciliter leur accès aux commandes publiques. Portant sur 35,1 millions d'euros, le plan sera financé par la ville à hauteur de 6,4 millions d'euros et par la CUS pour 28,7 millions d'euros. Il servira, notamment, à la restructuration ou à la réfection de groupes scolaires, à la construction d'un terrain multisports à Cronenbourg et à la mise en oeuvre de chantiers de voiries. Il doit aussi permettre l'engagement de travaux de création et d'aménagement de zones d'activités.

Des projets qualifiés de « mesurettes » et de « plan de soutien minimal » par l'opposition, mais de « dispositif ambitieux » par le maire (PS), Roland Ries qui souhaite « y ajouter un volet plus social, car c'est le pouvoir d'achat qui manque le plus aujourd'hui ». Il envisage ainsi de revoir à la baisse la tarification de certains services publics pour les Strasbourgeois les plus démunis. La mesure pourrait s'appliquer dans les piscines municipales et sur le réseau CTS. Encore en cours d'élaboration, ces réductions devraient être intégrées dans le plan d'ici à la fin du mois, afin de permettre son adoption lors du conseil municipal d'avril. Aujourd'hui, il ne fera l'objet que d'une communication aux élus et non d'une délibération. ■