La Twall veut emballer le public avec Karton

— 

Le street art investit la rue pour en sortir. Performances, gros son et ambiance décontractée, l'association Démocratie créative propose à un jeune créateur de la scène artistique urbaine de créer une oeuvre en public, chaque premier samedi du mois*.

Cette carte blanche baptisée « Twall », contraction de toile et de « wall » (« mur » en anglais), va « tisser un lien entre le public et l'art, explique Florian Rivière, initiateur du rendez-vous. Le projet répond à une démarche pédagogique, puisque nous voulons montrer les différentes techniques utilisées dans l'art urbain. »

Dans cette palette : graffitis, stickers, vidéos, photos... Ou bien encore découpages. Une discipline que va mettre en lumière demain le Strasbourgeois Karton, qui aurait prévu de reconstituer l'univers d'un supermarché. « La manifestation a aussi pour ambition de promouvoir les adeptes du street art quand les galeries leur sont souvent fermées », précise Florian Rivière. Une démarche qui devrait prendre encore un peu plus d'ampleur en juin à travers un projet d'exposition d'oeuvres dans des vitrines du centre-ville. Une trentaine d'artistes alsaciens, mais aussi italiens, suédois et allemands auraient déjà donné leur accord. Pour cause de sommet de l'Otan, la Twall pourrait exceptionnellement se tenir le deuxième et non le premier samedi du mois d'avril. ■P. W.

* A 16 h, au 10, rue Thomann.