Strasbourg : Avec son plan à 100 millions d’euros, la ville peut-elle devenir la capitale européenne du vélo ?

MOBILITES Ce plan sur cinq ans vise à atteindre qu’un trajet sur cinq dans l’agglomération soit réalisé à bicyclette

Thibaut Gagnepain

— 

Feu vert pour les cyclistes à Strasbourg !
Feu vert pour les cyclistes à Strasbourg ! — T. Gagnepain / 20 Minutes
  • La majorité écologiste de l’Eurométropole de Strasbourg va proposer au vote un plan vélo de 100 millions d’euros sur les cinq prochaines années.
  • Que prévoit-il ? Notamment 120 km de pistes cyclables supplémentaires, des jonctions, des aménagements… Mais aussi quelques suppressions de places de stationnement ou de voies réservées aux voitures.
  • « Sur ces quinze dernières années, jamais une majorité n’était allée aussi loin pour le », se réjouit Fabien Masson, le président de l’association Cadr 67.

Strasbourg capitale du vélo en France et bientôt… en Europe ? « Oui, on veut jouer dans cette division-là », s’amuse Alain Jund, le vice-président de l’Eurométropole en charge des mobilités. « Dans les classements, nous sommes aujourd’hui cinquièmes et aimerions arriver dans le trio de tête. »

Comment ? Grâce au plan vélo qui sera présenté et voté ce vendredi 25 juin au conseil communautaire. Il est doté d’un budget conséquent : 100 millions d’euros sur cinq ans, soit jusqu’à la fin du mandat de la majorité écologiste en 2026. « On va multiplier par quatre les investissements par rapport au mandat précédent, c’est très ambitieux », assure la présidente de l’agglomération, Pia Imbs, en montrant la carte des travaux prévus.

Trois « rings » pour contourner le centre-ville de Strasbourg

Des aménagements sont prévus dans l’ensemble des 33 communes. Comme à Illkirch, où la très fréquentée route de Lyon devrait davantage être sécurisée pour les cyclistes avec la suppression de places de stationnement voire d’une voie de circulation. Ou comme à Reichstett, Vendenheim et Hoenheim, dont les trois gares devraient être mieux reliées.

Le plan vélo présenté par l'eurométropole de Strasbourg.
Le plan vélo présenté par l'eurométropole de Strasbourg. - Eurométropole de Strasbourg

Strasbourg n’a évidemment pas été oubliée. Trois « rings », ou anneaux de maillage devraient voir le jour, plus ou moins larges afin de contourner le centre-ville, la Grande Ile, et passer du nord au sud plus facilement. « On partira aussi de voies existantes mais elles seront mieux reliées et sécurisées, afin d’encourager les cyclistes à faire les quelques centaines mètres de supplémentaires. Ça devrait diminuer pas mal de conflits avec les piétons », reprend Alain Jund.

« Nous avions proposé cette solution pendant notre campagne, c’est très bien qu’elle soit reprise », réagit l’ancien premier adjoint Alain Fontanel. L’un des grands battus des dernières élections municipales, aujourd’hui dans l’opposition, se félicite d’ailleurs d’une « très belle délibération, qui va permettre à la ville de changer de braquet ». Avec une petite nuance toutefois : « il faudra bien penser à mettre en place un plan anti-vol car c’est aussi un enjeu ».

Tout sera-t-il fini en 2026 ?

Cet aspect n’a pas évoqué. Mais au total, 120 kilomètres supplémentaires de pistes cyclables, une cinquantaine de jonctions et 20 grands franchissements ont été annoncés. Plusieurs de ces derniers sont prévus place de l’Etoile, où des milliers d’adeptes de la pédale se croisent chaque jour. Rarement sans coups de freins entre ceux qui viennent ou vont au centre, et ceux qui longent les quais. A ce niveau justement, une passerelle devrait être installée sous trois ponts.

« On pourra descendre au niveau de l’écluse de l’Hôpital civil et remonter en face de la médiathèque », détaille Fabien Masson. Le directeur du Cadr 67 se réjouit de ce vaste plan, auquel son association a été mêlée. « On a vu tous les projets, discuté, échangé et on a été entendu ! Sur ces quinze dernières années, jamais une majorité n’était allée aussi loin pour le vélo. Maintenant, tout ce qui est programmé, il fallait le faire et il faudra encore des investissements. J’ai même peur que tout ne soit pas terminé d’ici cinq ans… »

« Si, ce sera fini », lui répond Alain Jund en répétant avec Pia Imbs l’objectif de « doubler la part modale du vélo d’ici 2030 ». Soit, qu’à cette date, un trajet sur cinq dans l’Eurométropole soit effectué en pédalant. Les deux ont déjà une idée très précise du public à séduire : ceux qui utilisent leur véhicule chaque jour pour des petits trajets. Aujourd’hui, 500.000 déplacements de moins de 5 km sont réalisés quotidiennement en voiture dans l’agglomération.