L'atout prix moins cher est hyper affiché

Ludovic Meignin

— 

Une nouvelle concurrence va-t-elle mettre les consommateurs strasbourgeois à bonne enseigne ? En tout cas, il y a du changement dans le paysage local de la grande distribution. E. Leclerc y est désormais bien implanté par le truchement de son alliance commerciale avec le groupe Coop Alsace. Les hypermarchés Rond-Point du premier distributeur régional changent ainsi de nom (lire encadré). Les promoteurs de cette opération d'envergure jurent que cette mutation s'opère pour le plus grand bien du porte-monnaie du consommateur.

Située à Geispolsheim, la première grande surface strasbourgeoise passée sous enseigne E. Leclerc tient-elle cette promesse ? C'est dans cet espoir que Youssef, un plaquiste strasbourgeois de 29 ans, a décidé de pousser la porte du magasin. A l'affût de bonnes affaires, il confie « s'être renseigné avec le catalogue avant de venir pour être organisé dans mes achats. On est bien obligé de le faire si l'on veut préserver son pouvoir d'achat. » De fait, s'il remplit son chariot « plutôt avec des grandes marques », il ne s'y cantonne plus. « J'achète aussi des produits distributeur [vendus exclusivement par une enseigne donnée] quand il n'y a pas de promotions ». Sa première impression est positive. « Les prix sont attractifs et il y a plus de choix ici que dans les hard-discounts. » Mais en tant que consommateur averti, il reste prudent : « On sait qu'au début, les enseignes font toujours des offres. Il faut voir si cela durera. » D'autant plus qu'il semble peu probable que les autres distributeurs ne réagissent pas à cette nouvelle concurrence.

Et il y a la proximité de l'Allemagne à prendre en compte, certaines catégories de produits y étant réputées moins chères. Sur ce point, des clients de l'hypermarché de Geispolsheim n'en démordent pas. A l'image de Christian, un agent de fabrication de 35 ans d'Illkirch : « J'ai un enfant de 3 ans et pour les couches, ça reste moins cher outre-Rhin. Il en va de même pour les cosmétiques et l'alimentation pour chiens. » A ses côtés, son épouse, Caroline, a la même impression. Comme son mari, elle est une habituée des rayons de l'hypermarché. Joffrey, un père de famille de 35 ans habitant Obernai, partage leur avis : « Certains produits alimentaires, comme le lait, sont moins chers ici. Mais ce n'est pas le cas pour les produits d'entretien de grande marque. » ■