Strasbourg : Dépolluants, végétalisés, avec ports USB... Les abribus nouvelle génération arrivent

INNOVATION D'ici 2020, 1.500 abribus devraient être installés dans l'agglomération, contre 1.130 actuellement

Thibaut Gagnepain

— 

Le toit de l'abribus Etoile-Bourse est doté d'une mousse et d'un système de ventilation.
Le toit de l'abribus Etoile-Bourse est doté d'une mousse et d'un système de ventilation. — JCDecaux
  • Petite révolution pour les abribus de l’Eurométropole de Strasbourg ! De nouveaux vont être installés dans les 33 communes, dont certaines avec des particularités.
  • Le plus notable est celui qui est dépolluant. Comment fonctionne-t-il ? On vous explique tout ça.
  • Dans une trentaine d’abribus, au moins un par commune, des ports USB sont aujourd’hui déjà installés, tout comme des stations de pompage pour vélo.

Et si attendre son bus permettait de respirer de l’air pur ? Une expérimentation en ce sens est en cours à Strasbourg. Comme à Lille depuis le mois de février, l’entreprise JCDecaux vient d’installer deux abribus dépolluants : un place de la Bourse, l’autre à proximité de l’Ecole nationale d’administration (ENA).

Le principe de ces nouveautés ? Un toit en mousse est installé sur le toit et capte les particules fines, avec un système de ventilation dans le caisson en dessous. « Il va être filtré environ 15 m3 par minute, soit un volume d’abri-bus », explique Timmy Floume, ingénieur innovation au sein de la société.

En phase d’expérimentation pendant les deux prochaines années, le système ne fonctionnera pas, à terme, en permanence. Il se déclenchera à des radars de présence et des applications de météo. « Le but sera surtout de le faire fonctionner pendant les pics de pollution », ajoute le spécialiste en précisant que des panneaux solaires pourraient aussi bientôt l’alimenter.

« Un vaste programme de remise à neuf »

C’est l’une des évolutions possibles. Le parc des abribus (et tram) de l’eurométropole alsacienne va en connaître d’autres. D’abord car de nouveaux devraient être installés partout d’ici 2030. « Il y en aura près de 1.500, contre 1.130 sur l’ensemble des communes », détaille Béatrice Bulou, vice-présidente de l’agglomération en charge de la voirie et de l’aménagement de l’espace public.

« C’est un vaste programme de remise à neuf qui est intégralement financé par la pub et n’occasionne pas de dépense de la part des citoyens, précise Nicolas Phlippoteau, directeur régional Alsace Franche-Comté de JCDecaux. Mais on ne va pas tous les changer, on garde les structures et on passe par exemple tout l’éclairage en led. »

Deux abribus de Strasbourg ont vu leur toit être végétalisés.
Deux abribus de Strasbourg ont vu leur toit être végétalisés. - JCDecaux

Dans une trentaine, au moins une par commune, des ports USB sont aujourd’hui déjà installés, tout comme des stations de pompage pour vélo. Des écrans avec les temps d’attente en direct sont également en cours de déploiement. Enfin, deux abribus, place d’Austerlitz et quai Sturm, ont vu leurs toits être végétalisés avec des plantes herbacées. En septembre, ils seront rejoints par deux autres avec, cette fois, des parois végétalisées. « Ça a un intérêt esthétique et en termes de rétention d’eau », conclut Timmy Floume.