Strasbourg : Un cinéma se dote de purificateurs d'air pour sa réouverture

SANTE D'après son directeur, c'est la première salle en France à disposer d'un tel équipement

Thibaut Gagnepain

— 

Le cinéma L'Odyssée, à Strasbourg, a installé des purificateurs d'air.
Le cinéma L'Odyssée, à Strasbourg, a installé des purificateurs d'air. — Cinéma L'Odyssée
  • A Strasbourg, un cinéma, L’Odyssée, s’est doté de purificateurs d’air en vue de sa réouverture le 19 mai.
  • « Pour nous, la priorité absolue était de contribuer à la sécurité du public et de notre personnel. Sachant que la contagiosité se fait surtout par les aérosols dans l’air, les purificateurs nous sont apparus indispensables. On en a cherché avant de les trouver dans une entreprise », explique le directeur du lieu, Faruk Gunaltay.
  • « Le principe est simple. C’est une tour avec un ventilateur pour brasser et aspirer ainsi que deux filtres », complète un technico-commercial de Trotec, la société allemande qui produit ces appareils.

La programmation est prête au cinéma L’Odyssée, à Strasbourg. Le 19 mai, ce sera Bernard et Bianca, Le Petit Prince et enfin Chasse à l’homme, de Fritz Lang, en soirée. Voilà comment le célèbre établissement de la capitale alsacienne compte fêter cette tant attendue réouverture après 299 jours dans le noir complet.

Faruk Gunaltay, le directeur et programmateur du lieu, ne cache pas sa hâte. D’autant qu’il espère rassurer les futurs spectateurs avec un nouvel équipement : des purificateurs d’air. Difficiles de rater les cinq disposés dans la grande salle théâtrale. « Ici les virus et les aérosols se trouvant dans l’air sont filtrés » est écrit sur ces grosses machines noires (1,30 m de hauteur sur 61 cm de largeur).

« Nous sommes la première salle à nous équiper de cette manière », affirme-t-il à 20 Minutes avant de justifier le choix effectué. « Pour nous, la priorité absolue était de contribuer à la sécurité sanitaire du public et de notre personnel. Sachant que la contagiosité se fait surtout par les aérosols dans l’air, les purificateurs nous sont apparus indispensables. On en a cherché avant de les trouver dans une entreprise alsacienne. »

« Une capacité de filtration de 99,995 % »

Trotec est précisément une société allemande, implantée « depuis vingt-cinq à trente ans dans la région », détaille Hugo Griess. Le technico-commercial ne manque pas de vanter les produits de sa marque. « Le principe est simple. C’est une tour avec un ventilateur pour brasser et aspirer ainsi que deux filtres. Un premier pour les poussières grossières et le deuxième, un HEPA H14. Avec lui, on a une capacité de filtration de 99,995 %. Cela veut dire que sur 100.000 particules de la taille d’un virus, il n’en ressort que 5. L’air d’une pièce est recyclé toutes les dix minutes. En Allemagne, on équipe déjà presque trois-quarts des écoles. En France, on commence à avoir énormément de demandes. »

Dont celle d’un restaurant strasbourgeois, La Victoire, et donc de l’Odyssée, où sept appareils, tous sur roulettes, ont été achetés pour un investissement de 25.400 euros. Mais sont-ils bruyants ? « La très légère soufflerie ne s’entend pas pendant les projections. C’est un doux murmure poétique qui rassure », romance Faruk Gunaltay. « Ça va de 33 décibels à 62 décibels », ajoute Hugo Griess en précisant que le filtre est « décontaminé thermiquement la nuit, ce qui permet de détruire les particules et d’augmenter sa durée de vie. »

« Tout ça n’empêchera pas qu’il faudra porter le masque, utiliser le gel hydroalcoolique et respecter les distances de sécurité », conclut Faruk Gunaltay avant de retourner à ses occupations. Nombreuses en cette période de pleine effervescence.