Comment Strasbourg veut encourager ses habitants à marcher plus dans la ville

MIEUX VIVRE LA VILLE Le plan piéton 2021-2030 à Strasbourg va encourager les habitants à marcher bien plus souvent et plus longtemps

Gilles Varela

— 

Illustration. Passages piétons. Le 14 12 2009
Illustration. Passages piétons. Le 14 12 2009 — G. VARELA / 20 MINUTES
  • Strasbourg, deuxième ville « marchable » de France après Paris a adopté son plan piéton 2021-2030.
  • Il vise à rendre la ville plus agréable, plus sûre et surtout encourager les habitants et les touristes à marcher plus souvent et plus longtemps.
  • Réduction de la vitesse autorisée, suppressions de places de stationnement en voirie, trottoirs élargis, passages piétons sécurisés… le programme est chargé.

 

Pas de doute, le plan piéton 2021-2030 entrepris par la majorité écologiste de Strasbourg va faire place nette. Et autant le dire tout de suite, la voiture ne sera pas à la fête. La deuxième ville « marchable » de France après Paris a en effet adopté un nouveau plan qui vise à la rendre plus agréable, plus sûre et surtout encourager les habitants et les touristes à marcher plus souvent et plus longtemps. Une « bonne chose » selon toutes les études, souligne l’exécutif strasbourgeois, car c’est excellent pour la santé. C’est d’ailleurs un « marqueur essentiel » de la politique que compte mener la ville, rappelle la maire Jeanne Barseghian

Si le précédent  plan piéton 2011-2020 a permis de maintenir à 40 % la part des déplacements quotidiens à pied, « une marge de progression demeure » explique la maire. L’objectif est de répondre aux enjeux de pollution de l’air, de bruit, de santé, de sécurité, sans oublier aussi de « soutenir la vitalité commerçante », explique la ville, car les marcheurs sont des acheteurs.

Pour l’heure, un calendrier précis de cette mise en place du plan piéton n’est pas encore établi. Des concertations vont être lancées sur chaque proposition tout au long du mandat, mais les mesures qui vont être prises sont déjà bien définies. 20 Minutes fait le point sur le programme d’actions.

Apaiser la voirie

L’espace public réservé aux piétons et aux mobilités actives ou peu polluantes sera « apaisé » pour en faire des lieux de vie « favorisant la convivialité et la citoyenneté ». Pour y parvenir, la ville compte réduire la place de la voiture (stationnement et circulation). A terme, l’ensemble des voies de desserte (hors grands axes de circulation) passeront en zone à circulation particulière, limitées à 30 km/h maximum. Certaines places « encombrées de voitures » de la Grande-île seront piétonnisées, requalifiées. Des réflexions pour l’instant portent sur la place du Marché Neuf, du Temple Neuf, ou bien encore Saint-Pierre-le-Jeune. Cinq zones apaisées par an seront créées et d’autres améliorées.

Place du Marché Neuf à Strasbourg. Une réflexion sur «requalification» est en cours. Le 5 mai 2021.
Place du Marché Neuf à Strasbourg. Une réflexion sur «requalification» est en cours. Le 5 mai 2021. - G. Varela / 20 Minutes

Pour « faciliter la demande citoyenne », il sera possible de passer en zone de rencontre les rues étroites si la moitié des riverains le demande. Il sera également possible de créer, « en lien avec les habitants, des espaces publics conviviaux en bas de chez soi en fermant temporairement une rue », à raison de deux fois par an. D’autre part, le stationnement sera interdit sur cinq mètres en amont de tous les passages piétons et cet espace pourra servir à installer des arceaux à vélos. Pour sécuriser les déplacements des enfants et des parents, les rues-écoles vont se multiplier à raison de dix par an. Les voiries sur les itinéraires de l’école seront aménagées, le pédibus et le vélobus seront professionnalisés.

Une marche plus agréable et plus sûre pour tous

L’espace public va être désencombré du mobilier inutile. La réglementation concernant les terrasses, les chevalets, les porte-menus ou les bacs à fleurs sera revue afin de préserver les cheminements piétons et aider les personnes à mobilités réduites, le passage des poussettes et des enfants. Les arceaux à vélo seront implantés hors des itinéraires piétons. Les pistes cyclables, lorsque cela sera possible, seront déplacées sur la chaussée et les trottoirs élargis. Des contrôles plus réguliers de la police viseront à empêcher le stationnement des voitures et des motos sur les trottoirs.

Pour "enchanter" les moments de marche, les espaces déminéralisés et végétalisés, -avec l’implantation de bancs pour pique niquer, de toilettes publiques- vont être multipliés. Et pour ceux qui font des achats et ne veulent ou ne peuvent pas marcher avec des paquets plein les bras, un système de consigne est à l’étude. Certains secteurs isolés verront leur éclairage amélioré, pour plus de sécurité. Enfin, de nouveaux passages piétons (trois par an) vont être mis en place notamment sur les grands axes de circulation. Il est prévu aussi de réduire le temps d’attente sur ces axes, de réguler différemment les feux notamment par l’allongement des phases piétons mais aussi d’expérimenter la traversée piétonne en diagonale sur quatre carrefours.

Réduire les conflits

Afin de faciliter la cohabitation entre cyclistes et piétons, les flux et les espaces partagés vont être mieux délimités et l’offre de stationnement pour les vélos à l’entrée des voies piétonnes, étoffée. Un contournement express est en cours de réalisation et permettra de limiter le transit vélo au cœur de la Grande-Ile. Des itinéraires bis inviteront les cyclistes à éviter les rues piétonnes lors de forte affluence. Enfin, une demande d’expérimentation d’amendes minorées pour les cyclistes va être relancée.