Le département donne la priorité à l'emploi

— 

Un plan de relance peut en cacher un autre. Réuni en commission permanente extraordinaire, le conseil général a adopté hier un ensemble de mesures anti-crise. Selon Guy-Dominique Kennel, président (UMP) de l'institution, elles pourraient générer « 775 millions d'euros de travaux, ce qui équivaut à un ratio de 10 000 emplois. » Avant la fin du premier semestre, 378,28 millions d'euros seront ainsi engagés, dont 110 millions d'euros dans des chantiers sous maîtrise d'ouvrage directe du département. « Nous devons jouer un rôle positif pour impacter directement sur les carnets de commande des entreprises », explique Guy-Dominique Kennel. A la mi-décembre, il avait déjà lancé un appel d'offres aux communes en vue de les aider à réaliser rapidement leurs projets. Plus de 200 dossiers ont été instruits depuis et bénéficieront d'une enveloppe globale de 14 millions d'euros. « Pour la première fois, la totalité de ces subventions sont conditionnées, précise Guy-Dominique Kennel. Elles ne seront versées que si le démarrage des travaux se fait avant la fin juin. » Outre des aides budgétaires, les conseillers généraux ont aussi voté hier une réduction des délais de paiement aux entreprises de 40 à 20 jours. De même, ils ont adopté le principe de verser des avances de 5 % à leurs fournisseurs au-delà de 20 000 euros de commande, contre 50 000 euros jusqu'à présent. Guy-Dominique Kennel a également précisé que les remboursements de TVA effectués par l'Etat seront immédiatement réinvestis dans des chantiers routiers ou de construction de logements. ■ P. W.