Erreur d'ordi et résidence obligatoire

— 

Bien que soupçonné d'avoir tué l'amant de sa compagne à Caen (Calvados) en 2007, un homme de 30 ans a été remis en liberté et placé en résidence obligatoire à Strasbourg, a-t-on appris hier. Une décision fermement condamnée par les proches de sa victime présumée car elle ne résulte que d'une simple erreur de transcription. En cause, le retard d'un jour dans l'examen de son dossier par la cour d'appel de Caen suite à une mauvaise saisie informatique. La justice était appelée à étudier une demande de remise en liberté que venait de lui refuser un juge. En détention provisoire depuis novembre 2007, il a ainsi été placé le 10 février dernier « en contrôle judiciaire avec des obligations strictes », explique le parquet général. Parmi elles, l'obligation de résider à Strasbourg, soit loin des lieux des faits qui lui sont reprochés et « de la famille de la victime ». Cette dernière craint qu'il ne profite de sa présence dans la région pour franchir la frontière. ■ P. W.