Strasbourg : Les élus alsaciens tapent du poing sur la table pour obtenir le retour des sessions du Parlement européen

EUROPE Courriers, rassemblement, de nombreux élus exigent le retour des sessions plénières du Parlement européen à Strasbourg

Gilles Varela

— 

Archives Des élus I souhaitent le maintien du parlement européen à Strasbourg  et ont symboliquement planté un panneau d'entrée de ville devant le bâtiment du Parlement européen. Strasbourg avril 2014.
Archives Des élus I souhaitent le maintien du parlement européen à Strasbourg et ont symboliquement planté un panneau d'entrée de ville devant le bâtiment du Parlement européen. Strasbourg avril 2014. — G. Varela / 20 Minutes
  • La session plénière du Parlement européen qui devait se tenir cette semaine à Strasbourg est une nouvelle fois annulée, et cela depuis plus d’un an.
  • Les élus alsaciens se mobilisent et font pression sur le président du Parlement européen David Sassoli, mais aussi sur Emmanuel Macron. Un rassemblement, à l’initiative de la Collectivité européenne d’Alsace est prévu devant le siège de l’institution ce lundi.
  • Des parlementaires souhaitent également renforcer l’ancrage de l’institution à Strasbourg en réclamant « l’installation et de manière définitive d’une partie du personnel à Strasbourg » ainsi que d’autres évènements et réunions de travail.

Les élus alsaciens se mobilisent pour faire pression sur son président David Sassoli, mais aussi sur Emmanuel Macron alors que la session parlementaire qui devait se tenir cette semaine à Strasbourg est une nouvelle fois annulée. Elle se tiendra depuis Bruxelles. Une situation qui se renouvelle à l’approche de chaque session depuis février 2020 et justifiée, selon Bruxelles, par la crise sanitaire.

Alors que la semaine dernière la Collectivité européenne d’Alsace (CEA) dénonçait déjà par le vote d’une motion disant «  non à la confiscation du Parlement européen par la technocratie bruxelloise », c’est au tour de treize parlementaires LR alsaciens de lancer l’offensive. Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, ils soulignent que malgré son initiative, en septembre dernier, d’écrire à David Sassoli pour « rappeler le Parlement européen à ses responsabilités » , plus d’une demi-année après, « rien n’a avancé. Pire encore, le retour à Strasbourg n’est aujourd’hui plus un sujet au sein du Parlement européen. » Aussi, ils demandent « une action forte » d’Emmanuel Macron pour « débloquer la situation ».

« Aller plus loin »

Ces parlementaires alsaciens réclament « l’installation et de manière définitive d’une partie du personnel à Strasbourg », comme l’unité droit de l’Homme, l’unité soutien à la médiation, l’unité prix et réseau Sakharov et celle de l’observation électorale.

Enfin, une dizaine d’autres parlementaires alsaciens ont envoyé un courrier à David Sassoli pour lui demander de « prendre exemple sur la plénière de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qui s’est tenue cette semaine, en format hybride, depuis Strasbourg ». Le président de la CEA, Frédéric Bierry, invite les élus alsaciens à se réunir symboliquement à l’heure du début de la session, ce lundi 26 avril à 17 heures sur le parvis du Parlement européen à Strasbourg.