Europe : « Il faut donner plus de visibilité à Strasbourg et renforcer sa position de capitale européenne », plaide la maire de la ville Jeanne Barseghian

INTERVIEW Strasbourg va accueillir un événement européen, la Conférence sur l’avenir de l’Europe dès le 9 mai prochain. La maire Jeanne Barseghian nous explique l’importance de cet événement et les enjeux pour sa ville

Propos recueillis par Gilles Varela

— 

Archives. Jeanne Barseghian, maire écologiste de Strasbourg.. Le 18 juin 2020.
Archives. Jeanne Barseghian, maire écologiste de Strasbourg.. Le 18 juin 2020. — G. Varela / 20 Minutes
  • La ville de Strasbourg va accueillir  un événement européen important, la Conférence sur l’avenir de l’Europe.
  • Le lancement de cette consultation à partir du 9 mai prochain, jour de la fête de l’Europe, permettra aux citoyens européens de donner directement leur avis sur différentes thématiques de l’Union européenne.
  • Cette conférence est aussi un enjeu important pour Strasbourg, siège du Parlement européen, où aucune session parlementaire ne s’est tenue depuis un an à cause de la crise sanitaire.

Et si les citoyens européens donnaient directement leur avis sur l’avenir de l’Europe ? L’idée n’est pas nouvelle mais sous cette forme, une Conférence sur l’avenir de l’Europe, c’est une première. Un exercice nouveau de la démocratie participative et qui sera accueilli principalement à Strasbourg, rappelant au passage une fois encore son statut européen, malmené depuis ces dernières années par de nombreux eurodéputés à Bruxelles, mais aussi par la pandémie de coronavirus. Voilà un an qu’aucune session parlementaire ne s’est tenu dans les locaux strasbourgeois alors que la capitale alsacienne est bien, selon les traités, le siège de l’Europe. Mais ce nouvel « événement majeur », officiellement acté mercredi à la fois par le Parlement européen, la Commission et le Conseil de l’Europe, pourrait bien redonner un peu de couleur à la dynamique « internationale » de Strasbourg. Jeanne Barseghian, la maire de Strasbourg, explique à 20 Minutes de quoi il s’agit.

C’est quoi l’esprit d’une Conférence sur l’avenir de l’Europe ?

C’est un évènement très participatif qui a pour vocation d’associer les citoyens européens et à contribuer aux orientations de l’Union européenne dans les prochaines années. C’est vraiment faire remonter la voie des citoyens, de leur donner la parole sur les défis à venir et que toute la population puisse peser sur l’action l’Union européenne. Sur le fond, comme les orientations politiques, les enjeux environnementaux, la transition écologique, démocratiques et sociaux qui seront probablement soulevés, et dans la manière aussi dont l’union et ses institutions travaillent avec les citoyens européens.

Une conférence, concrètement ?

Les modalités ne sont pas encore toutes précisées dans la feuille de route, mais pour que cela ait du sens il faut que l’ensemble des parties prenantes puissent participer et faire la part belle aux citoyens et à la prise de parole directe. La notion « conférence » peut prêter à confusion mais il s’agit bien d’un processus de plusieurs mois qui va donner lieu à de nombreux évènements, en présentiel si la situation sanitaire le permet ou sinon digitale voire sous forme de contributions écrites. La feuille de route validée à Bruxelles prévoit son lancement le 9 mai prochain, le jour de la fête de l’Europe. Les consultations et les groupes de travail s’étaleront sur un peu moins de deux ans, jusqu’à la fin du printemps 2022, peut-être un peu plus si nécessaire car il faudra ensuite analyser finement les propositions. Pour formaliser, de façon pratique, cette conférence, nous venons avec la présidente de l’Eurométropole, le président de la Région Grand Est et de la Collectivité européenne d’alsace, envoyé un courrier aux trois institutions européenne pour dire non seulement que l’on est prêt pour accueillir le lancement mais que l’on a aussi du contenu à proposer. Venir en appui logistique mais aussi en termes de contenu et de programmation à ce temps fort européen.

Quel enjeu pour Strasbourg ?

C’est un événement d’ampleur. L’enjeu pour Strasbourg est de pouvoir accueillir un maximum de ces temps forts, des conférences et aussi de venir en appui au secrétariat et à tous les mécanismes qui vont permettre de recueillir la parole citoyenne. Avec le président du Parlement européen David Sassoli, on avait bien sûr posé le fait que Strasbourg accueille l’événement d’ouverture et de lancement, mais plus globalement les temps forts de cette conférence. L’idée est bien sûr de donner plus de visibilité à Strasbourg et de renforcer sa position de capitale européenne sur un axe fort qui est celui de l’esprit européen de Strasbourg. Cette notion de capitale de la démocratie, avec le siège du Parlement européen, du Conseil de l’Europe. S’il y a bien un endroit où doit s’exprimer cette voix des peuples européens, qui symbolise tout cela, c’est bien Strasbourg.