l'Eurostadium à Eckbolsheim ne sera pas fixé sur son sort avant la trêve estivale

— 

Le groupe britannique joue les prolongations, Hammerson annoncera en juillet s'il confirme sa volonté de financer un Eurostadium à proximité du Zénith d'Eckbolsheim, ont indiqué vendredi ses représentants aux élus de la CUS. Le mois dernier, ils avaient déjà mis sur la touche trois sites de l'agglomération strasbourgeoise, inadaptés pour des raisons de taille ou de localisation à l'accueil de ce complexe sportif et commercial de 90 000 m2.

Estimé dans un premier temps à 250 0000 euros, son coût avoisinerait finalement les 4000 000 euros. « Le projet prend une tournure active », s'est félicité, vendredi, Philippe Ginestet, président du Racing club de Strasbourg (RCS), partenaire de l'opération. Déjà en cours, ses études de faisabilité devraient s'achever fin juin, en vue d'un démarrage du chantier en 2012 et d'une livraison en juin 2014. D'une capacité de 43 000 à 45 000 places, l'Eurostadium servirait de terrain de jeu au Racing mais pourrait aussi permettre l'accueil de grands rendez-vous sportifs. Philippe Ginestet rêve par exemple, de « pouvoir offrir aux Alsaciens des matchs des équipes nationales de foot et de rugby, ou une finale de l'Euro. » Mais précise-t-il, il sera aussi conçu, « comme le Stade de France, pour des animations et des grands concerts. Il permettra ainsi une synergie et une complémentarité avec le Zénith », dans une volonté de créer un « quartier de spectacles » à Eckbolsheim. En outre, le lieu se voudrait également le temple du shopping. Selon le président du RCS, des discussions ont déjà été entamées avec Auchan et d'autres enseignes en vue de leur implantation sur le site. Pour autant, précise-t-il, « comme Hammerson est déjà propriétaire de la Place des Halles, son intérêt n'est pas de constituer un nouveau centre économique au détriment du centre-ville ». Un soin particulier sera donc porté pour éviter les doublons avec les boutiques déjà existantes. Le centre pourrait compter jusqu'à 2 200 employés. ■P. W.