Coronavirus en Alsace : « On peut y arriver en trois semaines »... Ouvertures de centres municipaux, recrutement, la vaccination s'organise

VIRUS Au total, six centres de vaccination seront accessibles aux personnes de plus de 75 ans, dont quatre municipaux à Strasbourg, Schitligheim, Lingolsheim et Illkirch-Graffenstaden

Thibaut Gagnepain
— 
Comme partout en France, la campagne de vaccination contre le Covid-19 a déjà débuté en à Strasbourg. Ici à l'Ehpad Bois Fleuri le 6 janvier.
Comme partout en France, la campagne de vaccination contre le Covid-19 a déjà débuté en à Strasbourg. Ici à l'Ehpad Bois Fleuri le 6 janvier. — Jean-Francois Badias/AP/SIPA
  • La vaccination contre le Covid-19 va débuter le 18 janvier à Strasbourg comme un peu partout ailleurs.
  • Où se faire vacciner dans l’eurométropole après avoir pris rendez-vous ? A l’hôpital civil, en clinique mais aussi dans quatre centres gérés par les municipalités. A Strasbourg, Illkirch, Lingolsheim et Schiltigheim.
  • « A Strasbourg intra-muros, il y a 17.000 personnes de 75 ans hors Ehpad et environ autant dans l’eurométropole », estime l’adjoint à la maire Alexandre Feltz. « Si on part sur 50 % de cette population qui va se faire vacciner dans des centres qui peuvent recevoir près de 1.000 patients par semaine, on peut y arriver en trois semaines. »

 

Le compte à rebours est lancé. Dès jeudi, les personnes âgées de plus de 75 ans pourront prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19. Premiers créneaux lundi prochain… mais où ? Dans l’agglomération strasbourgeoise comme ailleurs, on s’organise. Dans les hôpitaux mais aussi au sein des mairies qui vont ouvrir des centres dédiés.

Jeanne Barseghian l’a annoncé samedi : la capitale alsacienne sera prête à ouvrir le sien « dès le 18 janvier », vraisemblablement à la grande salle de la Bourse. « On ne sait pas encore si ce sera lundi ou mardi, l’Agence régionale de santé (ARS) doit encore donner son agrément et la préfecture valider par arrêté », précise l’adjoint à la santé publique et environnementale, Alexandre Feltz.

Environ 35.000 personnes de plus de 75 ans dans l’agglo

Trois autres « centres ambulatoires municipaux » devraient être accessibles au sein de l’eurométropole. Sur le site de l’UGECAM Alsace à Illkirch-Graffenstaden, probablement à la Briqueterie de Schiltigheim et enfin dans un lieu non encore défini à Lingolsheim. Soit respectivement au sud, nord et ouest de l’agglomération. Des choix dictés par l’ARS afin de favoriser un meilleur découpage territorial. Et une meilleure efficacité ?

« A Strasbourg intra-muros, il y a 17.000 personnes de 75 ans hors Ehpad et environ autant dans l’eurométropole », reprend Alexandre Feltz. « Si on part sur 50 % de cette population qui va se faire vacciner dans des centres qui peuvent recevoir près de 1.000 patients par semaine, on peut y arriver en trois semaines. » L’adjoint tient là compte de l’apport des deux sites déjà actifs, le centre de vaccination international de l’hôpital civil et celui de la clinique Sainte-Barbe, rue du Faubourg National. Cette dernière, qui dépend du groupe hospitalier Saint-Vincent, a déjà annoncé qu’elle mettrait en place « de nouvelles lignes de vaccination » et que le lieu serait ouvert de « 9h à 20h en semaine et de 8h à 18h le samedi et le dimanche ».

« Il y a une forte mobilisation »

Et ailleurs ? « Là encore, ce n’est pas encore défini mais on fera tout pour que ce soit simple et compréhensible », répond Alexandre Feltz qui rappelle que les rendez-vous seront obligatoires « sur Internet ou par téléphone ». Un numéro local devrait être accessible et peut-être aussi une plate-forme. « L’Etat a choisi Doctolib, Keldoc et Maiia mais nous, on a mon.strasbourg.eu qui pourrait convenir aussi… Tout ça reste également à voir ! »

En attendant, le recrutement de professionnels libéraux de santé à même d’administrer le vaccin a commencé. Strasbourg s’appuiera déjà sur son service municipal de santé, où « trois médecins et autant d’infirmiers » pourraient être mobilisés. Ailleurs, les volontaires sont les bienvenus. « Il y a une forte mobilisation, que ce soit d’actifs ou de retraités qui veulent venir aider », assure Alexandre Feltz, également rassurant sur le nombre de doses disponibles. Les hôpitaux universitaires de Strasbourg ont reçu ce lundi leur première livraison du vaccin Moderna.