CES Las Vegas 2021 : Avec un luminaire écolo et intelligent, des Lorrains veulent changer notre façon d'éclairer la ville

ENERGIE La société lorraine Green tech innovations va présenter un luminaire alimenté par énergie solaire, autonome et intelligent, le Solar-e-light, lors du CES Las Vegas 2021 qui se tient de lundi à jeudi en virtuel

Gilles Varela

— 

Illustration. Lampadaire.
Illustration. Lampadaire. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • C’est un Consumer Electronics Show particulier qui s’ouvre ce lundi à Las Vegas avec un rendez-vous 100 % virtuel. A cause du coronavirus, les start-up vont présenter leurs innovations en vidéo.
  • Parmi les entreprises françaises présentes, on trouve Green tech innovations, l’une des deux seules start-up pour tout le Grand-Est sélectionnées par le CES.
  • Elle présentera une tête lumineuse pour remplacer celles des vieux candélabres dans les rues. Une tête lumineuse économe, autonome en énergie et intelligente, proposant une gestion à distance mais aussi des services aux habitants.

Cette année, le Covid-19 rebat les cartes du CES de Las Vegas. Le Consumer Electronics Show (CES), plus grand salon mondial de la high-tech sera pour la première fois complètement digital. Pas de voyage en équipe et de soirées animées sous les sunlights de Sin City. Le salon qui rassemble habituellement des milliers de start up prêtes à partager leurs découvertes sera plus discret cette année. C’est probablement ce qui explique que « les candidatures ont été moins nombreuses, explique la CCI international Grand-Est. C’est un investissement important pour une jeune entreprise et beaucoup sont frileuses à se lancer dans un salon complètement digital, car tous ne sont pas forcément bien passés ».

Un sentiment que confirment les chiffres. « Seules deux entreprises du Grand-Est (les deux sont lorraines), soit près de huit fois moins qu’en 2020, font partie de la délégation française » confirme Valérie Mottl, conseillère International de la CCI.

Un des modèles de tête lumineuses intelligentes, autonomes et connectées de Green Tech Innovations..
Un des modèles de tête lumineuses intelligentes, autonomes et connectées de Green Tech Innovations.. - Green Tech Innovations.

Montrer sa capacité d’adaptation

Pas de quoi impressionner David Chquiry, président de la start-up Green-Tech-Innovations près de Metz, l’une des deux entreprises du Grand-Est sélectionnées, qui compte bien garder la main sur ce CES Las Vegas. Pour le jeune entrepreneur, sa sélection et sa participation est très positive. « Les CES est un aiguillon pour voir aussi autour, dans le monde, ce qu’il se passe » dans son secteur d’activité. La préparation est déjà un bon apprentissage » se réjouit-il. « A long terme, nous visons aussi le marché d’Amérique du Nord et nous avons identifié des missions à Montréal et à Chicago. Avec cette participation en digital, nous voulons montrer notre capacité d’adaptation. Montrer que nous savons aussi gérer le décalage horaire car il faudra travailler de 17h à 4h du matin, mais nous sommes des passionnés », sourit le jeune président.

L’équipe, bien coachée par la Team Business France, a aussi peaufiné son anglais et elle se dit fin prête à présenter sur le marché mondial son invention tenue secrète jusqu’ici et dont le brevet a été déposé fin août. L’idée, remplacer les milliers de candélabres vieillissants avec une tête lumineuse alimentée par un panneau solaire, autonome, intelligente et interactive, couplée par un logiciel de gestion à distance. « Il existe 9 millions de points lumineux en France dont 75 % consomment 8 à 10 fois plus qu’ils ne devraient », souligne David Chquiry.

A mille lieues d’être un « simple » équipement de détection qui pourrait se limiter à une modulation de lumière, la tête lumineuse est intelligente. Gérant et fournissant sa propre alimentation électrique via des panneaux solaires, elle pourrait gérer des objets connectés comme des caméras de surveillance, des écrans informatifs, et même de proposer aux passants de se connecter pour recharger son portable… Voir bientôt capter le LiFi, sorte d’Internet basé sur la vitesse de la lumière en évitant au passage les ondes électromagnétiques. De quoi ne plus voir l’éclairage public du même œil.

Mieux encore, en ne remplaçant que la tête lumineuse du candélabre, cela permet d’éviter de changer le mât et le dispositif en sous-sol. De quoi faire des économies substantielles pour la collectivité d’autant plus que l’énergie solaire permet à la tête lumineuse d’être autonome. Mieux encore, un logiciel lui permet de s’autoréguler et de proposer des solutions d’éclairage et d’économie d’énergie aux personnels qui peuvent aussi gérer réseau des têtes lumineuses à distance.