Alsace : La Fondation du patrimoine vole au secours de la plus vieille ferme d’Engwiller

PATRIMOINE La Fondation du patrimoine lance un appel aux dons pour la restauration d’une ferme alsacienne du XVIIIe siècle achetée par un couple de passionnés à Engwiller dans le Bas-Rhin

Gilles Varela

— 

La ferme « ‘S Weileschnieder’s » à Engwiller, Alsace.
La ferme « ‘S Weileschnieder’s » à Engwiller, Alsace. — Carole Waldvogel
  • La Fondation du patrimoine et les propriétaires lancent un appel aux dons pour la restauration d’une ferme alsacienne.
  • Située à Engwiller, au nord du Bas-Rhin, elle était inoccupée depuis dix ans.
  • Les nouveaux propriétaires, passionnés par l’architecture alsacienne, ont monté un dossier complet et veulent démontrer qu’il est possible de sauver le patrimoine de la région, alors que chaque année plus de 300 maisons traditionnelles disparaissent.

Pour Gilles Becker et sa compagne Carole Waldvogel, pas question de laisser une maison traditionnelle à l’abandon. Si en Alsace 300 d’entre elles disparaissent chaque année, à Engwiller dans le nord du Bas-Rhin, la ferme « ‘S Weileschnieder’s » datant début du XVIIIe siècle, a trouvé des repreneurs passionnés. Tellement investis que leur projet de restauration a obtenu l’avis favorable de l’architecte des bâtiments de France mais surtout le précieux appui avec le label de la Fondation du patrimoine.

La Fondation vient ainsi de lancer, et c’est assez rare pour un projet mené par des particuliers, un appel aux dons afin d’obtenir 16.000 euros sur les 80.000 que représente le chantier. Des dons qui en partie peuvent être déduits des impôts des donateurs.

« Un rêve de jeunesse »

Il faut dire que le couple, des quadras originaires d’Alsace qui ont eu un coup de cœur pour cette bâtisse, a mis toutes les chances de son côté et ne compte pas faire les choses à moitié. La restauration qui a déjà débuté se fait selon les techniques traditionnelles et respecte tous les codes de l’architecture alsacienne.

Les nouveaux propriétaires se sont attaqués à des pans de colombages qui avaient été remplacés après guerres par des moellons en pierre. Outre ces moellons remplacés et des enduits refaits à la chaux, la toiture a aussi été remplacée par des tuiles « Bieberschwantz » traditionnelles. « Pour qu’elle dure des siècles » se réjouit l’heureuse propriétaire.

Cette restauration fait également la joie du voisinage, car la ferme, inhabitée depuis dix ans, se trouve sur la place centrale du village. Place qui a conservé l’ensemble de ses maisons à colombages d’origine présentant ainsi « une unité architecturale remarquable », souligne la Fondation du patrimoine.

« Une rénovation avec aussi des objectifs d’animations pour faire partager leur passion, ajoute Pierre Goetz, à la tête de la délégation régionale de la Fondation. Si toutes les maisons alsaciennes étaient soutenues avec toutes ces garanties ! Là, c’est le nec plus ultra, un exemple de ce qu’il faut faire avec un dossier très complet et des projets pédagogiques qui permettront de partager et de montrer à ceux qui s’y intéressent que l’on peut faire quelque chose pour sauvegarder ces maisons ».

« C’était un rêve de jeunesse de restaurer une maison alsacienne », raconte Carole Waldvogel qui est, comme son compagnon, maçon de métier, membre de l’Association de Sauvegarde de la Maison Alsacienne (Asma). « Ils nous ont fourni un très grand appui technique, des conseils. Ce qui est important c’est de savoir lorsque l’on souhaite restaurer une maison alsacienne, qu’on n’est pas seul, c’est possible. »