La finance islamique au tableau

Philippe Wendling

— 

Un nouveau pilier pour les professionnels de l'économie. L'Ecole de management de Strasbourg (EMS) lance ce matin une formation en finance islamique, la première du genre en France. De niveau bac + 5, elle vise à offrir à ses étudiants un bagage suffisant pour travailler sur les marchés respectant les préceptes du Coran. « La finance islamique se fonde sur un certain nombre de valeurs, explique Michel Kalika, directeur de l'EMS. Les plus connues sont la prohibition de l'intérêt et l'interdiction d'investir dans les secteurs des armes et de la pornographie. Aujourd'hui, c'est un domaine qui émerge dans l'environnement financier international. Il existe une véritable demande en termes de recrutement et donc de formation, d'où l'idée de ce cursus. »

Certes, mais pourquoi l'ouvrir à Strasbourg ? Pour Michel Kalika, la réponse est simple. Abritant déjà des facultés de théologie catholique et protestante ainsi qu'un diplôme d'islamologie, la ville était toute trouvée pour proposer l'enseignement de pratiques managériales et financières en lien avec le Coran. Sans oublier une certaine renommée pour l'école. La preuve, sans faire de pub spécifique, elle va accueillir 36 étudiants dans sa première promotion. Parmi eux, une majorité de professionnels de la banque et des assurances originaires de France, mais aussi de Belgique, d'Allemagne, du Luxembourg et du Maghreb, qui suivront une formation continue. A terme, des cours par visioconférence pourraient être proposés pour augmenter le nombre d'élèves. ■