Les profs sèchent les notations

— 

La direction de la faculté des sciences économiques, sociales et juridiques de l'université de Haute-Alsace (Mulhouse) a indiqué hier ne pas pouvoir « assurer le bon déroulement des jurys du 1er semestre ». En cause, l'opposition d'une partie des personnels au projet de réforme du statut des enseignants-chercheurs. Celui-ci entraînerait, selon eux, une modulation de leurs horaires au détriment de leur mission de recherche. Un risque aussi dénoncé à l'Université de Strasbourg. Hier, lors d'une réunion de la direction, des profs-chercheurs auraient menacé de lancer une grève. En outre, selon l'Association fédérative générale des étudiants de Strasbourg, en fac de droit, de maths-info et d'anglais, certains refuseraient de communiquer les notes. Arnaud Willem, président de l'association, comprend la colère des profs, mais condamne une méthode qui « met en péril les étudiants. Sans leurs notes, certains ne pourront pas trouver de stage, d'autres ne pourront se voir attribuer d'aides sociales. » ■ P. W.