Nisand garde son fauteuil

— 

Après le verdict des urnes, celui des juges. Poursuivi pour des irrégularités dans ses comptes de campagne municipale, Raphaël Nisand a vu vendredi son mandat de maire de Schiltigheim confirmé par le tribunal administratif de Strasbourg.

La commissaire au gouvernement avait pourtant réclamé son inéligibilité pendant un an, ce qui l'aurait obligé à démissionner. Elle lui reprochait d'avoir réglé lui-même des dépenses, alors que la loi stipule que seul le mandataire financier d'une liste est autorisé à le faire. Portant sur 2 600 euros, soit 6 % du budget de sa campagne, les frais résultaient surtout de notes de restaurant. « Le tribunal a tenu compte des circonstances et du faible montant des dépenses », a estimé Willy Zimmer, avocat de l'édile. Ce dernier a refusé de « triompher », se félicitant juste que les juges aient reconnu sa « bonne foi ». Certains de ses opposants étudient la possibilité de faire appel de la décision. ■ P. W.