Un lieu pour faire le tour de l'Europe

Philippe Wendling

— 

Ils veulent jeter les fondations d'un « lieu d'Europe ». Dans les cartons depuis une dizaine d'années, la création d'une maison consacrée à l'UE pourrait être relancée grâce au contrat triennal « Strasbourg, capitale européenne », que s'apprêtent à signer les collectivités et l'Etat. Inscrit par la ville, le projet vise à promouvoir les activités de l'Europe, tout en présentant l'histoire et la culture de ses pays membres et en favorisant les échanges. Pendant la campagne des municipales, le maire (PS) Roland Ries s'était déjà exprimé en faveur du projet, estimant qu'il devait « concrétiser la vocation européenne de Strasbourg » et « fidéliser les touristes dans la ville au-delà de vingt-quatre heures ».

« Nous voulons offrir un lieu d'accueil proche des institutions européennes qui permettrait aux touristes et aux Strasbourgeois de ne pas se sentir abandonnés quand ils arrivent dans le quartier et de trouver des réponses à leurs questions, confie à 20 Minutes Emmanuel Vallens, conseiller du maire. Nous allons donc étudier ce qu'il est possible de faire financièrement pour la ville et écouter ce qui se dit », aussi bien du côté du Conseil de l'Europe que de la société civile. Parmi les interlocuteurs figureront notamment les membres du comité de soutien pour un « lieu d'Europe », qui vient de se monter. « Nous ne voulons pas seulement un lieu de mémoire et de connaissance, mais aussi de vie et de communication, explique Henri Mathian, leur porte-parole. Il pourrait comporter une partie historique et symbolique, comme d'autres plus scientifiques et universitaires. »

Le présentant dans un courrier au chef de l'Etat comme « une passerelle entre l'homme de la rue et la sphère politico-technocratique », le comité souhaite aussi lui greffer un parc de loisirs sur le thème de l'Europe. Autre ambition : donner la possibilité aux 47 Etats qui siègent au Conseil de l'Europe d'utiliser une semaine par an le site comme une vitrine de leurs activités. Selon Henri Mathian, en cumulant ces différentes facettes, le « lieu d'Europe » attirerait 3 millions de visiteurs chaque année, offrant de belles retombées financières à la région. « Il conférerait aussi à la ville une identité de capitale des peuples d'Europe, grâce à laquelle la question du siège du Parlement ne se poserait plus. » ■