Vosges : Le fromage si bien nommé « Le confiné » se porte bien

LA VACHE ! Créé pendant le premier confinement par un couple d’éleveurs laitiers des Vosges, le fromage Le confiné continu d’attirer les consommateurs

Gilles Varela
— 
Laura Vaxelaire et le fromage Le confiné à Saulxures-sur-Moselotte (Vosges) le 06 novembre 2020.
Laura Vaxelaire et le fromage Le confiné à Saulxures-sur-Moselotte (Vosges) le 06 novembre 2020. — Ferme-Auberge les Prenzières
  • Avec leur fromage Le confiné, créé en mars avril dernier pendant le confinement, un couple d’éleveurs laitiers des Vosges avaient trouvé le moyen de contourner la crise avec le sourire.
  • Plusieurs mois après la commercialisation du précieux fromage et malgré un deuxième confinement, ils continuent de produire pour répondre à une forte demande.

La rumeur disait que c’était le fruit du hasard ou d’un oubli. Les « inventeurs » du fromage Le confiné, Laura et Lionel Vaxelaire, préfèrent parler d’un « essai » heureux. Leur fromage, créé en mars avril dernier en pleine pandémie de Covid-19, porte bien son nom et a encore de beaux jours devant lui. Et pas uniquement parce que nous sommes… reconfinés. Son appellation, qui sonnait comme une évidence pour les deux éleveurs laitiers, avait amusé les réseaux sociaux et affolé les médias, venus nombreux dans la petite vallée de la Moselotte (Vosges), rencontrer les affineurs de ce délicieux fromage à croûte fleurie. Six mois après, les créateurs peinent à satisfaire une demande qui ne faiblit pas.

Pour la petite histoire, le couple éleveur laitier à Saulxures-sur-Moselotte, propriétaire de 25 vaches 100 % des Vosgiennes, avait laissé au début du confinement dernier, une quarantaine de fromages reposer dans un coin de leur cave d’affinage. Sous surveillance mais sans lui apporter de lavage et de retournement. « Les circonstances on fait qu’on a eu le temps et qu’on pouvait faire cet essai-là, à ce moment-là. Il n’y aurait pas eu le confinement, on n’aurait jamais lancé ce fromage », sourit Laura Vaxelaire. « Nous faisions déjà un fromage avec une croûte fleurie et blanche, type camembert, et notre traditionnel Munster AOP. On a voulu partir du même fromage blanc, avant qu’il ne devienne du Munster, et faire un affinage différent. C’est un peu un mix entre les deux. On l’a isolé dans un coin de la cave et c’est pour ça qu’on lui a donné son nom. L’ambiance de la cave a fait le reste. » Ainsi naissait Le confiné.

Laura Vaxelaire et le fromage Le confiné à Saulxures-sur-Moselotte (Vosges) le 06 novembre 2020.
Laura Vaxelaire et le fromage Le confiné à Saulxures-sur-Moselotte (Vosges) le 06 novembre 2020. - Ferme-Auberge les Prenzières

Un petit peu de place pour ce fromage

Après les avoir laissés reposer un mois environ, la famille Vaxelaire a « dégusté » le fromage avant de le proposer à ses clients réguliers. « J’ai fait une petite pub pendant le confinement sur notre page Facebook et c’est à partir de là que… Ouf, les médias s’y sont intéressés, se remémore avec amusement Laura Vaxelaire… Beaucoup de gens sont venus sur place, nous en commandaient mais on est resté sur la vente directe car on a des petits volumes. Nous gardons nos autres productions et continuons à honorer leurs commandes, celles de nos habitués. Nous avons fait juste un petit peu de place pour ce fromage. »

Quelques fromages stockés donc et un coup de maître même si la production reste modeste pour le couple, propriétaire de 25 vaches 100 % vosgiennes. Car la famille Vaxelaire transforme annuellement 90.000 litres de lait en munster AOP, fromage blanc, tommes des Vosges, « Cœur de massif », et autres petits fromages blancs… Des produits vendus directement à leur ferme-auberge Les Prenzières, au petit point de vente attenant à l’exploitation ou bien encore dans des commerces de produits locaux de toute la vallée.

Une belle histoire qui a failli cependant capoter, car le nom Le confiné avait déjà été déposé par une personne « qui ne produisait rien », soupire Laura Vaxelaire. « Nous avons dû trouver un arrangement, mais aujourd’hui c’est fait, nous sommes propriétaire du nom. A nous de garder cette recette-là, avec cet affinage-là. »

Mais alors, avec le reconfinement, pas de fromage Le reconfiné en vue ? « Non, non, même si ce ne sont pas les idées qui manquent. Mais notre gamme est déjà assez étendue », s’amuse Laura Vaxelaire. Alors en attendant des jours meilleurs, le couple profite de l’accalmie pour « reconstituer les stocks » et pouvoir répondre à la demande…