Strasbourg : Férus d’écologie, ils conçoivent une gourde en verre recyclé

PLANETE Deux jeunes Strasbourgeois ont conçu une gourde en verre pour contribuer à protéger les océans

Gilles Varela

— 

La gourde en verre recyclée ECOB.
La gourde en verre recyclée ECOB. — ProPicture
  • Deux frères ont conçu une gourde en verre à 75 % recyclé.
  • Avec une forme design, une couleur ambre « vintage » et pour objectif de réduire leur empreinte carbone au maximum, les deux Strasbourgeois ont déjà vendu près de 1.500 gourdes en quelques semaines.
  • Ils espèrent à terme consolider leur modèle économique et financer à terme des actions environnementales via des ONG ciblées pour protéger les écosystèmes marins.

« Même si les océans sont remplis de plastique, que l’eau en bouteille parcourt en moyenne 300 km et coûte environ 120 fois plus cher que l’eau du robinet, la consommation de bouteilles en plastique ne cesse d’augmenter »… C’est en partant de ce constat, annoncé en tête de leur site Internet que deux frères, Etienne et Valentin Courtois, des Strasbourgeois, ont décidé d’agir. Vingtenaires, ils voulaient tout autant créer leur entreprise que protéger l’environnement.

Aussi ils ont conçu des gourdes en verre recyclé et créé leur propre société, baptisée Ecob, contraction des mots éco et bouteille. Objectif : proposer un contenant écologique bien sûr, tout en séduisant les consommateurs. « C’est un objet utile et performant, solide et design, avec un goulot agréable quand on boit », explique Etienne Courtois, diplômé d’une école de commerce. « Le verre a la particularité de ne pas se dégrader, d’être complètement recyclable et il n’y a pas d'échange de particules nocives avec l’eau. Il n’y a ni goût, ni odeur, même après des années d’utilisation. »

Avec son frère Valentin, toujours étudiants en master de design et qui a dessiné la gourde, ils ont proposé leur projet en juillet sur une plateforme de financement participative. En quelques semaines, ils ont plus que triplé l’objectif qui était fixé à 100 gourdes. Depuis, ils ont produit 16.000 gourdes, soit 4,8 tonnes de verre recyclé, et vendu près d’un millier d’entre elles sur leur site en ligne.

Afin de réduire l’empreinte carbone au maximum, les deux jeunes entrepreneurs ont bien tenté de produire local et démarché de nombreuses entreprises. En vain. Si le verre est à 75 % recyclé, ce qui lui donne une couleur ambre, d’où son air vintage, il a été impossible de la fabriquer en France, pour des raisons d’échelle précisément. Aucune entreprise ne pouvait produire aussi peu d’exemplaires. « Ce n’était pas rentable pour eux, ou trop cher pour nous », précise Etienne Courtois qui précise qu’ils ont dû tout financer eux-mêmes.

La gourde est donc fabriquée en Italie du Nord d’après le moule conçu par Valentin Courtois. Le bouchon en hêtre vient de Belgique et la housse de protection du Portugal, dont les ateliers fabriquent les feuilles de liège et assemblent ensuite la protection, spécialement pour eux. Les deux frères veulent maintenant développer leur modèle économique sainement, et rechercher à réduire leur empreinte carbone au maximum. En attendant, une partie des ventes est réservée au financement d'actions environnementales ciblées, pour limiter l’impact négatif des activités humaines sur les écosystèmes marins.