Coronavirus à Strasbourg : « Trois clusters identifiés » au sein de la police dans la capitale alsacienne, selon les syndicats

SANTE « Des personnels [...] sont invités à travailler même s'ils présentent des symptômes ou dans l'attente d'être testés », affirment les syndicats

T.G. avec AFP

— 

L'hôtel de police de Strasbourg (illustration).
L'hôtel de police de Strasbourg (illustration). — T. Gagnepain / 20 Minutes
  • Vingt-et-un policiers ont été testés positifs au Covid-19 dans le Bas-Rhin.
  • Selon les syndicats de police, ils seraient tous localisés à Strasbourg, où 3 clusters auraient été identifiés.
  • Les syndicats dénoncent « une hiérarchie qui fustige les collègues en évoquant le protocole peu rigoureux malgré les diverses notes et consignes ».

 

Ils sont précisément 21. Vingt-et-un policiers strasbourgeois ont été testés positifs au Covid-19, a-t-on appris vendredi auprès de la direction de la sécurité publique du Bas-Rhin (DDSP). « Ce qui représente moins de 2 % des personnels, tous grades et fonctions confondus, affectés en sécurité publique », écrit la DDSP dans un communiqué.

Selon les syndicats Alliance et Unité SGP, ces 21 cas sont localisés à Strasbourg, où, selon leur communiqué commun « trois clusters ont été identifiés ». Mercredi, Alliance avait déjà tiré la sonnette d’alarme face à l’augmentation selon lui « exponentielle » des cas positifs au sein des agents strasbourgeois. « Alliance demande un CHSCT en urgence et un dépistage au sein de l’hôtel de police ! », indiquait ainsi l’organisation sur sa page Facebook.

« Protocole peu rigoureux »

« Des personnels […] sont invités à travailler même s’ils présentent des symptômes ou dans l’attente d’être testés (cas contacts) », affirment encore les syndicats, dénonçant « une hiérarchie qui fustige les collègues en évoquant le protocole peu rigoureux malgré les diverses notes et consignes ».

Réponse de la DDSP ? « Localement et depuis plusieurs semaines, tout est mis en œuvre pour permettre aux personnels d’exercer leurs missions en toute sécurité », comme la mise à disposition de gel hydroalcoolique, de masques lavables ou jetables ou encore de gants en latex. Elle indique aussi que « des consignes, prescrivant le port du masque à l’intérieur des locaux, dans les bureaux ainsi que dans les véhicules de service, ont été largement diffusées en interne ».