Le Port autonome de Strasbourg garde le cap

Ludovic Meignin

— 

Il ne s'est pas contenté de se maintenir à flots l'année passée. Selon les premiers chiffres, communiqués hier lors de la traditionnelle cérémonie des voeux au personnel, le Port autonome de Strasbourg a même globalement conforté ses positions. Ainsi, le trafic conteneurs progresse de 9,6 % par rapport à 2007. Cette hausse compense le recul de 5 % constaté sur le trafic fluvial, essentiellement dû au repli du transport de certaines matières premières, dont, en premier lieu, le bois. En effet, suite à la tempête survenue en Allemagne en 2007, la filière forestière d'outre-Rhin avait dû évacuer des millions de m2 de bois. Une partie de cette marchandise a transité cette année-là par le Port autonome, lui apportant une forte activité. Puis le stock s'est épuisé, d'où la baisse de trafic enregistrée en 2008.

De plus, « tout ce qui touche la métallurgie et certains matériaux est en forte chute du fait de la crise dans le bâtiment et l'automobile, notamment », indique Jean-Marc Uhrweiller, directeur du développement du Port autonome. Mais il se veut confiant. « Le trafic conteneur global progresse fortement. C'est très important car c'est par là que passe notre avenir ». Les matières transportées sont en effet très diverses et à forte valeur ajoutée. « Presque tout ce que vous avez dans un supermarché transite ainsi », souligne le responsable.

Les aménagements d'infrastructures lourds ne sont pas remis en cause. A Lauterbourg, des travaux de viabilisation de 70 hectares de terrain doivent débuter en avril. Des entreprises de logistique devraient pouvoir s'y implanter début 2011. Quant au terminal conteneurs, qui sera situé au nord du Port du Rhin et qui s'étendra sur 9 hectares, il sera terminé d'ici à début 2010 et viendra compléter l'actuel terminal sud.

Contactée hier, la présidente du Port autonome de Strasbourg, Catherine Trautmann (PS), s'est elle-aussi résolument tournée vers le futur. Outre une nouvelle identité visuelle de l'entreprise, qui sera dévoilée en milieu d'année, elle a annoncé le lancement d'une réflexion pour ouvrir de nouvelles perspectives. « Nous devons maintenir l'activité du Port sur son site historique, mais en compatibilité avec le développement de la ville, tout en préparant son avenir hors de l'agglomération. » ■