Strasbourg : Fin des checkpoints, espacement, vin chaud, la ville lève le voile sur le marché de Noël

ECONOMIE Alors que la menace d’une annulation du marché de Noël de Strasbourg plane toujours, la ville dévoile le nouveau visage de cette nouvelle édition, entre sécurité et pandémie

Gilles Varela

— 

Strasbourg le 09 decembre 2014. Illustrations marche de Noel 2015 dans Strasbourg.
Strasbourg le 09 decembre 2014. Illustrations marche de Noel 2015 dans Strasbourg. — Gilles Varela
  • La ville de Strasbourg, l’ARS, la préfecture et les associations de commerçants et de forains travaillent à l’élaboration d’un plan pour que le marché de Noël puisse avoir lieu.
  • Faut-il empêcher le vin chaud, les choucroutes et Bretzels pour éviter de voir les visiteurs déambuler sans masque un verre à la main dans les allées du marché ? La ville propose un plan d’attaque.

 

A quoi pourrait bien ressembler ce marché de Noël 2020 ? Après bien des tensions avec les commerçants, les forains, les autorités, la ville lève le voile. Lors d’une conférence de presse ce vendredi, Guillaume Libsig, adjoint à la maire Jeanne Barseghian en charge de l’opération « Strasbourg capitale de Noël » a levé bon nombre d’inquiétudes. « Même si cette édition n’est pas sur le fond celle souhaitée par la nouvelle équipe municipale, elle préfigure ce qu’elle pourrait être en 2021 », a confié l’élu.

La « débunkérisation »

Fin des checkpoints, du moins sous la forme que l’on connaissait. Les reproches des Strasbourgeois qui se sentaient en terre inconnue dans leur propre ville, les queues occasionnées par les fouilles systématiques, l’efficacité toute relative de ce dispositif dénoncé par le plus grand nombre, ont vécu. Si des points de passages, aux ponts, sont conservés, que des policiers seront toujours présents, il n’y aura plus de fouilles. La sécurité sera assurée par des patrouilles mobiles, dynamiques avec des fouilles aléatoires et le même nombre d’effectif policier que l’année dernière, assure Nadia Zourgui, adjointe à la maire en charge de la gestion des crises. Seules les voitures et les vélos cargo seront automatiquement fouillés. Autre grande nouveauté, toujours pour fluidifier les entrées et faciliter l’accessibilité des visiteurs, toutes les stations de tram dans la Grande Île, habituellement fermées à cette période, seront desservies normalement.

« Le desserrement du marché »

C’est un des points sensibles pour la tenue de ce marché de Noël. La distanciation sociale. « Tous les commerçants vont pourvoir être placés, nous n’avons refusé aucune demande » se félicite Guillaume Libsig. Les 313 chalets attendus vont être répartis sur trois secteurs et vont aller au-delà de l’ellipse insulaire : l’un va s’étirer de la place Kléber à Broglie, le deuxième entre la Cathédrale, place du Château, quai des Bateliers, les places du Corbeau et d’Austerlitz, et le troisième de l’église Saint Thomas à la Petite France.

Concilier masques et vins chauds

La question est chaude : pourra-t-on déambuler dans les allées du marché de Noël de Strasbourg un verre de vin chaud à la main ? La question peut prêter à sourire et pourtant, elle est une véritable épine dans le pied pour l’équipe exécutive car il n’est pas question de faire tomber les masques pour manger ou boire dans les allées. « C’est un marqueur fort de cette fête, un symbole comme l’est le sapin », souligne Guillaume Libsig. Alors comment imaginer un marché sans ses tables « debout », ses odeurs de cannelle et d’oranges, ou tout simplement le regard pétillant des enfants devant la vendeuse de crêpes qui réchauffent les mains ? Difficile équilibre sur lequel l’ARS a tranché. Ce sera le même protocole que dans les restaurants.

Strasbourg le 9 décembre 2014. Illustrations Noël, Marché de Noël de Strasbourg.
Strasbourg le 9 décembre 2014. Illustrations Noël, Marché de Noël de Strasbourg. - Gilles Varela

Par conséquent, des zones pour s’alimenter sont prévues. L’idée, pour respecter les contraintes de l’ARS, serait d’acheter sa nourriture ou sa boisson au stand de son choix et d’aller le consommer, assis, dans une zone prévue à cet effet. Zone où il serait alors possible d’enlever le masque. Du personnel veillera à la distanciation, le nettoyage des tables et que les queues ne s’allongent pas aux heures de pointe. Trois à quatre zones pour l’ensemble du marché, non couvertes, seront attribuées à chaque secteur du marché de Noël, « à 100 mètres maximum des stands alimentaires », promet l’élu.

Une proposition qui n’emballe pas forcément la centaine de chalets alimentaires que compte le marché, à l’image de Sassi Ben Mourdi dont le stand de confiserie est installé depuis trois générations place Broglie. « Cela va être difficile car il y aura trop peu de places assises. Et puis les gens ne viennent pas forcément pour manger, c’est spontané, l’occasion de découvrir quelque chose de nouveau, d’expérimenter, une envie subite qui créé l’achat. Là, on va complètement perdre ça. » Des contraintes probablement, mais le prix à payer certainement pour que la magie opère, si toutefois le Covid-19 ne vient pas d’ici le 28 novembre prochain jouer les troubles fêtes…

Le marché de Noël de Strasbourg ouvre sous haute surveillance