Strasbourg : Jeanne Barseghian annule le prochain conseil municipal, « de l'amateurisme » pour l'opposition

VERTS DE RAGE « De mémoire d'homme, ce n'est pas arrivé depuis au moins trente ans », s'offusque Alain Fontanel

Thibaut Gagnepain

— 

Le conseil municipal de Strasbourg (Archives)
Le conseil municipal de Strasbourg (Archives) — G . VARELA / 20 MINUTES
  • La nouvelle maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian, a décidé d’annuler le prochain conseil municipal, prévu le 12 octobre.
  • Cette annulation ne passe pas auprès de l’opposition. « C’est un déni de démocratie locale », peste notamment Jean-Philippe Vetter (Un nouveau souffle pour Strasbourg), rejoint notamment par Alain Fontanel.
  • « J’ai entendu les groupes politiques qui estimaient qu’il n’y avait pas assez de concertation sur les différentes actions prises. Il y a un paradoxe : on ne peut pas nous faire ce reproche et exiger de la vitesse », leur répond Jeanne Barseghian qui prévient que le vote du budget sera aussi reporté.

La nouvelle en a surpris plus d’un. Lundi après-midi, tous les élus strasbourgeois ont appris dans un courrier de Jeanne Barseghian que… le prochain conseil municipal, initialement programmé le 12 octobre, était annulé. Prochaine date : le 16 novembre, soit près de deux mois après la précédente venue dans l’hémicycle, le 21 septembre dernier. Les débats avaient alors duré plus de sept heures…

« Les urgences liées à la situation sanitaire, l’indispensable dialogue avec les acteurs du territoire sur de nombreux projets, ainsi que l’élaboration de plusieurs délibérations-cadres des politiques publiques municipales imposent le report », explique la nouvelle maire dans ce document.

Des arguments qui ne passent pas auprès de l’opposition. « C’est un déni de démocratie locale, peste Jean-Philippe Vetter (Un nouveau souffle pour Strasbourg). Ça veut dire que pendant deux mois, il n’y aura pas de débat à l’endroit même où il doit avoir lieu. C’est l’immobilisme le plus total alors que la période impose de prendre des décisions. Je suis inquiet et j’aurais compris si elle avait ajouté un deuxième conseil municipal. »

« Ce n’est pas arrivé depuis au moins trente ans »

« De mémoire d’homme, ce n’est pas arrivé depuis au moins trente ans », ajoute l’ancien premier adjoint Alain Fontanel, lui aussi dans « l’incompréhension » face aux justifications évoquées. « Ce ne peut pas être la raison sanitaire car des conseils ont déjà eu lieu en visio. Non, la nouvelle majorité est dépassée par les événements. Il y a une forme d’amateurisme, d’impréparation aux fonctions et d’incapacité à prendre à bras-le-corps les dossiers. »

Réponse de Jeanne Barseghian à ces attaques ? « On a énormément de dossiers en ce moment et tout cela demande du travail. J’assume avec mon équipe de revoir un certain tempo pour prendre un temps nécessaire de concertation avec les acteurs », plaide l’écologiste en accusant l’opposition de mauvaise foi. « J’ai entendu les groupes politiques qui estimaient qu’il n’y avait pas assez de concertation sur les différentes actions prises. Il y a un paradoxe : on ne peut pas nous faire ce reproche et exiger de la vitesse. »

Elle renvoie aussi ses adversaires aux prochains rendez-vous prévus. Ceux en groupe de travail. Sauf que là encore, ça ne passe pas. « Vous n’allez pas me croire : à la place de conseil municipal, nous avons reçu une convocation pour la mission sur les rats et les punaises de lit… », ironise Alain Fontanel. « On est sur des questions de dignité humaine qui sont extrêmement urgentes. Je ne souhaite pas qu’on oppose les urgences entre elles », rétorque encore Jeanne Barseghian avant d’annoncer que pour « le vote du budget, on prendra aussi un peu plus de temps. » L’opposition devrait encore apprécier.