Coronavirus à Strasbourg : Le marché de Noël aura-t-il lieu ? Les organisateurs y travaillent mais « on n'est jamais sûr de rien »

EVENEMENT Une date d'ouverture a été annoncée mais sa tenue n'est pas, aujourd'hui, garantie

Thibaut Gagnepain

— 

S'il a lieu, le marché de Noël de Strasbourg devrait accueillir les 300 habituels chalets. « Les réservations ont été faites pré-covid-19 et depuis, on n'a pas eu d'annulation », explique  l'adjoint au maire en charge des animations urbaines dans la capitale alsacienne, Guillaume Libsig.
S'il a lieu, le marché de Noël de Strasbourg devrait accueillir les 300 habituels chalets. « Les réservations ont été faites pré-covid-19 et depuis, on n'a pas eu d'annulation », explique l'adjoint au maire en charge des animations urbaines dans la capitale alsacienne, Guillaume Libsig. — G. Varela / 20 Minutes
  • Le marché de Noël de Strasbourg aura-t-il lieu ? La question n’est toujours pas tranchée malgré plusieurs annonces, notamment de la part de la maire de la capitale alsacienne, Jeanne Barseghian.
  • « Aujourd’hui, on prévoit plusieurs scénarios pour qu’il ait lieu mais s’il y a reconfinement partiel ou total, on n’est pas garanti de le maintenir », explique l’adjoint au maire en charge des animations urbaines dans la capitale , Guillaume Libsig.
  • C’est la préfecture du Bas-Rhin qui aura le dernier mot à ce sujet. Les aspects sécuritaires et sanitaires seront particulièrement scrutés, d’autant que la mairie prévoit des nouveautés pour cette édition 2020.

Pas question de faire durer plus longtemps le suspense. Non, à l’heure actuelle, rien ne dit que le marché de Noël de Strasbourg fêtera bien sa 451e édition cet hiver. L’aveu émane de l’adjoint au maire en charge des animations urbaines dans la capitale alsacienne, Guillaume Libsig : « On n’est jamais sûr de rien. »

« Aujourd’hui, on prévoit plusieurs scénarios pour qu’il ait lieu mais s’il y a reconfinement partiel ou total, on n’est pas garanti de le maintenir », poursuit-il en insistant, néanmoins, sur le travail mené actuellement par ses équipes afin que l’événement soit maintenu. C’est aujourd’hui la tendance qui se dégage.

Le dernier mot à la préfète

La nouvelle maire de la ville, Jeanne Barseghian (EELV), l’a confirmé la semaine dernière en marge de la Foire européenne. « L’objectif, c’est bien que le marché de Noël puisse se tenir à Strasbourg cette année. Je suis pleinement mobilisée avec la préfecture et l’Agence régionale de Santé pour que cela puisse se passer dans de très bonnes conditions », a-t-elle lancé, en annonçant la date de départ des hostilités : le 28 novembre.

Un discours qui va dans le même que celui de la préfète du Bas-Rhin. « C’est un événement majeur pour Strasbourg donc on fera tout pour le maintenir avec un protocole sanitaire et un protocole de sécurité optimal », a déclaré Josiane Chevalier le même jour. La représentante de l’Etat aura le dernier mot. Quand ? « D’après ses dernières communications, elle est sur fin octobre au plus tard », reprend Guillaume Libsig qui planche donc sur des solutions à même de satisfaire toutes les parties.

Le quai des Bateliers investi ?

« On travaille sur la notion d’espacement et de fluidité du déplacement, prolonge l’adjoint. Il faut aérer ce marché le plus possible mais vu que nous avons le même nombre de chalets (environ 300), ça va nous obliger à s’implanter dans de nouveaux secteurs. » Le quai des Bateliers devrait ainsi être investi, comme quelques places dont celle d’Austerlitz.

Autre potentielle nouveauté évoquée, la suppression des checkpoints piétons, qui marquaient les entrées de la Grande Ile. « Nous sommes tombés d’accord avec la préfecture sur leur levée mais l’entrée des véhicules sera toujours filtrée et leur stationnement interdit [sur voirie dans l’hypercentre] », annonce Guillaume Libsig.

Deux ans après l’attentat qui avait coûté la vie à cinq personnes et fait onze blessés, est-ce que ces nouvelles dispositions seront jugées suffisamment sûres par les services de l’Etat ? La préfecture a refusé de répondre à cette question. « Tout est encore en cours de discussion », a-t-elle simplement indiqué à 20 Minutes.

« Potentiel super cluster à l’échelle européenne »

« Tous les personnels qui étaient occupés sur les checkpoints pourront être répartis ailleurs », anticipe déjà Guillaume Libsig, avant de justifier la démarche de la mairie : « L’édition 2019 a marqué une rupture avec les Strasbourgeois. Ils n’en peuvent plus et ont le sentiment de ne plus être dans leur propre ville avec toutes les mesures qui avaient été prises. C’est pour cela qu’il faut que ça change. On construit un projet pour que tout rentre dans les impératifs sécuritaires et sanitaires. »

En attendant qu’une décision finale soit connue, d’autres voix s’élèvent pour plaider l’annulation de l’événement en pleine épidémie de Covid-19. Comme celle de Philippe Breton, universitaire reconnu dans la capitale alsacienne et administrateur national de la Croix-Rouge française. « Il est absolument incompréhensible que l’on se pose même la question du maintien du marché de Noël de Strasbourg, potentiel super cluster à l’échelle européenne, a-t-il écrit dans un tweet. On attend une prise de position, difficile mais responsable, des nouveaux élus municipaux et de la préfecture. »