La nouvelle maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian, baisse de plus de 1.000 euros ses indemnités

POLITIQUE Jeanne Barseghian, nouvelle maire EELV de Strasbourg, pourrait quand même atteindre le plafond légal de 8.400 euros avec ses autres fonctions, note l’opposition

Thibaut Gagnepain

— 

Jeanne Barseghian, la nouvelle maire de Strasbourg.
Jeanne Barseghian, la nouvelle maire de Strasbourg. — G. Varela / 20 Minutes
  • La nouvelle maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian, veut baisser sa rémunération ainsi que celle de son premier adjoint. Les sommes économisées iront aux conseillers municipaux de sa majorité.
  • « On va retrancher environ 1.200 euros brut pour moi et encore davantage pour le premier adjoint [-1.800 euros] », explique Jeanne Barseghian en justifiant cette décision par une volonté de « sobriété et de partage des indemnités ».
  • Prend-elle cette mesure pour éviter le plafond de 8.434,85 euros brut mensuel fixé par la loi ? L’opposition le soupçonne car la nouvelle maire est aussi première vice-présidente de l’Eurométropole et pourrait prendre la présidence d’une société d’économie mixte…

Les vacances attendront à Strasbourg. Intronisée maire de la capitale alsacienne en début de mois, Jeanne Barseghian a programmé son premier vrai conseil municipal le 27 juillet prochain. Ce jour-là, parmi les délibérations au programme, deux concerneront les rémunérations des élus. En particulier celles de la nouvelle édile et de son premier adjoint, Syamak Agha Babaei.

Les deux l’ont annoncé : ils souhaitent réduire leur salaire. « On va retrancher environ 1.200 euros brut pour moi et encore davantage pour le premier adjoint [-1.800 euros] », explique Jeanne Barseghian en justifiant cette décision par une volonté de « sobriété et de partage des indemnités ». Car la somme ainsi économisée sera reversée à tous les élus de sa majorité. Tous seront désormais payés, ce qui n’était pas le cas dans la précédente majorité.

« Les élus doivent une aussi s’inscrire dans une démarche de sobriété »

« Il y avait beaucoup d’inéquité sous l’ancien mandat car certains élus avaient des délégations avec beaucoup de travail sans indemnité. Là, il y aura un meilleur partage », appuie la maire écologiste, qui verra donc passer sa rémunération d’environ 6.000 à 4.861,75 euros brut. Soit près de 3.800 euros net. « 4.800 euros brut c’est correct. Les élus doivent aussi s’inscrire dans une démarche de sobriété », insiste-t-elle, sans dire si la même baisse sera appliquée à l’Eurométropole. « Je ne peux m’avancer, il faut qu’on en parle avec Pia Imbs [la nouvelle présidente]. Ce sera délibéré plus tard. »

En tant que première vice-présidente et présidente déléguée de l’agglomération, Jeanne Barseghian pourrait encore toucher 2.756,07 euros de ce côté-là. C’était en tout cas ce que percevait Roland Ries au même poste en 2014. « Et elle pourra encore décider de diriger des sociétés d’économie mixte [SEM], dont certaines sont rémunératrices », note un connaisseur des dossiers. C’est le cas de Parcus, qui gère le stationnement, ou de la société en charge des cimetières. Leur direction peut rapporter plus de 3.000 euros brut par mois, selon Rue89 Strasbourg.

« Ce n’est pas une économie pour les contribuables »

Le plafond de 8.434,85 euros brut mensuel fixé par la loi le 1er janvier 2019 pourrait alors être dépassé et donc faire l’objet d’un écrêtement. Dans ce cas, l’élu concerné doit alors reverser le trop-perçu à la commune qui l’emploie. Jeanne Barseghian aurait-elle alors annoncé cette baisse de rémunération pour éviter l’écrêtement ? L’opposition attire l’attention sur ce point.

« Si elle arrive au total à 8.000 euros brut, son effort réel n’aura été que de 400 euros. En plus, ce n’est pas une économie pour les contribuables puisque le budget est redistribué à sa majorité », note Jean-Philippe Vetter, de l’intergoupe « Unis pour Strasbourg ». Le candidat Les Républicains aux dernières élections municipales ironise également sur la baisse de rémunération de Syamak Agha Babaei. « Etre premier adjoint d’une ville comme Strasbourg et vice-président de l’Eurométropole en charge des questions budgétaires devrait nécessiter d’être à temps complet. Lui continuera à mi-temps son métier de médecin urgentiste donc le sacrifice financier n’est pas énorme non plus… »

Les deux auront certainement l’occasion d’en reparler au prochain conseil municipal lundi après-midi. Pour l’agglomération, il faudra certainement attendre fin août. Grande battue de la dernière élection qui a souri à Pia Imbs, Catherine Graef-Eckert s’agace de ce déballage des rémunérations. « Ça donne l’impression que les élus sont tous très bien payés alors que ce n’est pas le cas du tout », conclut-elle.