Résultats des municipales à Strasbourg : La victoire de Jeanne Barseghian, ça change quoi pour la capitale alsacienne ?

PROGRAMME L'écologiste a pris des engagements dans de nombreux domaines pendant sa campagne

Thibaut Gagnepain

— 

Jeanne Baserghian n'a pu cacher son émotion et sa fierté dimanche soir, au moment de fêter son élection.
Jeanne Baserghian n'a pu cacher son émotion et sa fierté dimanche soir, au moment de fêter son élection. — CHRISTELLE REWIAKO/SIPA
  • Après les deux mandats du socialiste Roland Ries, les Strasbourgeois ont élu l’écologiste Jeanne Barseghian, dimanche.
  • Que va signifier son arrivée au pouvoir ? On a fait le tour des principaux sujets, comme le vélo, l’économie, le diesel etc.
  • Et sur le stade de la Meinau alors ? Jeanne Baraseghian va-t-elle renoncer à son agrandissement ? 

Rien n’a pu l’arrêter. Pas même un rapprochement raté avec Catherine Trautmann, une alliance LREM-LR ou les critiques régulières de ses adversaires. La vague Jeanne Barseghian était trop forte. Comme au premier tour, l’écologiste a emporté le second round des municipales avec une belle marge sur ses adversaires. Près de 3.500 voix d’avance sur Alain Fontanel, pas loin de 10.000 sur Catherine Trautmann… La volonté des Strasbourgeois de passer au vert était nette. Et maintenant ? Qu’attendre du mandat de la représentante EELV ? On fait le tour des principaux sujets.

Oui, elle va planter des arbres

Tous les candidats avaient un peu verdi leur programme, mais pas autant que Jeanne Barseghian. « Je compte démarrer dès cet été le grand plan de végétalisation et de déminéralisation », lançait-elle dans la vaste interview qu'elle avait accordée à 20 Minutes pendant l'entre-deux-tours. L’écologiste y évoquait aussi « des dispositifs provisoires pour avoir des îlots de fraîcheur » et « des plantations ». Concrètement, les arbres n’arriveront pas avant l’automne, période propice à leur épanouissement. Avant cela, elle promet d’installer très vite « des îlots de fraîcheur et d’ombre ». Son objectif à long terme ? La juriste de 39 ans l’a souvent répété : qu’un espace vert soit accessible en moins de cinq minutes pour chaque Strasbourgeois.

Une sortie du diesel programmée

On a bien cherché dans son programme distribué avant le deuxième tour, le mot « diesel » n’y figure pas. Serait-il tabou ? Depuis que son prédécesseur Roland Ries s'est engagé à bannir les moteurs diesel de Strasbourg au 1er janvier 2025, le sujet est devenu un peu sensible. Jeanne Barseghian s’était pourtant engagée à tenir le calendrier en février. « C’est avant tout une question de santé publique », avait-elle expliqué. Depuis, face à une crainte exprimée par de nombreux Strasbourgeois, l’écologiste a plutôt évoqué des « concertations avec les habitants » lors de « conférences citoyennes ». Où il devrait être question d’une « politique d’accompagnement social ».

A fond sur le vélo

Même dans la capitale française du vélo, le débat sur de nouvelles pistes cyclables existe. Au déconfinement, Jeanne Barseghian avait ainsi soutenu la lettre ouverte envoyée aux élus de l’agglomération par une quinzaine d’acteurs des transports verts. Leurs volontés ? La création de bandes cyclables sur les voies automobiles, la suppression/réquisition de places de stationnement ou encore la gratuité du Vel’Hop… L’arrivée au pouvoir de la représentante EELV devrait accélérer le processus. Dans son programme, elle entend « réaliser des itinéraires cyclables sur tous les axes principaux pour connecter les quartiers et les communes proches ». La native de Suresnes évoque aussi un « itinéraire express autour de la Grande Ile », tout en appelant à « pérenniser la zone de rencontre au centre-ville. » Un peu plus loin, Jeanne Barseghian promet également de « soutenir, par des aides, la location et l’achat de vélos, vélos-cargo et/ou électriques ». Bref, la bicyclette a de beaux jours devant elle dans la capitale alsacienne

Un fonds d’urgence pour l’économie locale

Elle l’a érigé comme l’une de ses trois priorités absolues post-élection. La nouvelle maire de Strasbourg entend bien soutenir l’économie locale. Comment ? « Je propose de réunir l’ensemble des acteurs autour d’un pacte pour une économie locale durable », avait-elle expliqué dans son interview. En clair, Jeanne Barseghian veut créer un « fond d’urgence de deux millions d’euros » à destination des commerçants et artisans pour les aider « à se relever de la crise ». A plus long terme, elle voudrait élaborer « un pacte pour une économie locale durable ». Dont un pan devrait concerner les cantines scolaires, où elle voit l’avenir en bio via un maraîchage de proximité.

L’agrandissement de la Meinau menacé ?

A l’inverse d’Alain Fontanel par exemple, l’écologiste n’est pas une habituée du stade de la Meinau. Pas fan de foot et du Racing, la nouvelle maire ? Depuis son élection, certains supporters du club le craignent et croient l’agrandissement de leur antre (de 26.000 à 32.500 places) menacé. Il faut dire aussi qu’un des colistiers de Jeanne Barseghian, Alain Jund, avait proposé « de diviser par deux les investissements publics » lorsque le sujet à 100 millions d’euros avait été évoqué au conseil municipal du 25 juin 2018. Deux ans plus tard, la position du groupe a changé. « Le projet est engagé et doit se poursuivre », avait déclaré la tête de liste EELV en février dernier. Elle devrait bientôt voir les cinq cabinets d’architecte retenus présenter leurs plans.