Strasbourg : L’Eurométropole pousse au déconfinement de la géothermie en Alsace

ECONOMIE L’avenir du plan de neutralité carbone 2050 de l’Eurométropole de Strasbourg est suspendu à une décision de l’Etat qui tarde à venir concernant la reprise ou non du forage sur le site de géothermie profonde à Reischtett

Gilles Varela
— 
Le site de géothermie opéré par Fonroche à Vendenheim-Reichstett le 13 novembre 2019.
Le site de géothermie opéré par Fonroche à Vendenheim-Reichstett le 13 novembre 2019. — G. Varela / 20 Minutes
  • La géothermie profonde permet de produire de l’électricité et du chauffage. C’est un des piliers stratégiques du plan de transition écologique 2050 de l’Eurométropole.
  • Après un séisme ressentit en novembre dernier non loin du site géothermique de Reichstett près de Strasbourg, un forage a été, en prévention, suspendu.
  • Depuis, un rapport d’analyses conduit par l’Etat via la Dreal est très attendu car il conditionne la reprise ou non de l’activité du site.
  • Une décision qui conditionne la stratégie énergétique à suivre de l’Eurométropole.

Très prometteuse, bien engagée en Alsace, la géothermie profonde est l’un des piliers du Plan de neutralité carbone 2050 de l’Eurométropole de Strasbourg. Mais après la « crise des séismes » au nord de la ville en novembre 2019 puis du coronavirus, elle semble avoir pris du plomb dans l’aile. Forage suspendu sur le site de Reichstett, ralentissement ou recours juridiques pour d’autres sites, analyses sur les causes des séismes (naturels ou induits) qui tardent à venir… A cela ajoutons une sorte de désintéressement de l’Etat qui a coupé la prime au rachat de l’énergie produite. Dans ce « monde d’après », la géothermie serait-elle enterrée au fond du jardin ?

Sollicitée par 20 Minutes, la préfecture du Bas-Rhin ne s’étend pas sur le sujet. Elle indique, concernant la reprise ou pas du forage de Reichstett, « qu’à ce stade, des études complémentaires sont toujours en cours. » C’est elle qui donnera en effet le feu vert pour la reprise du forage sur le site de Reichstett en fonction du rapport d’analyses conduit par la DREAL. Chez Fonroche, l’investisseur avec Electricité de Strasbourg (ES) qui exploite le site, ne peuvent pas s’exprimer pour l’instant.

Source d’énergie propre et renouvelable, locale et décarbonée, avec des perspectives de production importante de lithium, tout allait bien. Surtout pour l’Eurométrople qui voyait déjà la possibilité de fournir le réseau de chaleur et d’électricité pour les habitations et les bureaux de l’agglo, mais aussi assurer une certaine autonomie énergétique dans les décennies à venir. Sans oublier une véritable source de création d’emplois.

« Une absence totale de visibilité »

C’est donc aujourd’hui une véritable épine dans le pied pour l’Eurométropole. Selon les prévisions du plan 2050 initialement imaginé, la géothermie devait assurer 20 % de l’approvisionnement énergétique local et 40 % de la chaleur injectée sur les réseaux strasbourgeois. Son président, Robert Herrmann, rappelle que la chaleur géothermique devait monter en puissance dans les cinq prochaines années. D’autant que Strasbourg va produire deux nouveaux réseaux de chaleur et que certains doivent être rénovés afin de construire trois autoroutes de chaleurs. « Les industriels sont dans une absence totale de visibilité. Cela risque de faire disparaître un écosystème industriel, en particulier en Alsace où cela prenait un bel élan, mais aussi de créer des difficultés pour réaliser la transition énergétique dans les meilleures conditions », regrette Robert Herrmann

Selon l’élu, l’Etat réfléchirait à une reprise progressive des études en limitant les risques. La décision, quelle qu’elle soit, est attendue avec impatience. Des appels d’offres doivent être relancés sur le renouvellement des réseaux de chaleur. « Nous avons besoin d’asseoir une stratégie de transition énergétique, souligne Robert Herrmann. La géothermie se multiplie dans le monde et fonctionne. Alors soit il y a une situation très particulière en Alsace et il faut arriver à l’expliquer, soit il y a des éléments techniques qu’il faut adapter. Même s’il faut avancer avec précaution, il faut avancer. »