Strasbourg : Mais pourquoi le magasin Primark n’est-il toujours pas ouvert ?

COMMERCE L’ouverture du magasin Primark à Strasbourg, initialement prévu pour le 16 avril dernier, ne semble toujours pas d’actualité

Gilles Varela

— 

Le magasin Primark à Strasbourg le 10 juin 2020.
Le magasin Primark à Strasbourg le 10 juin 2020. — G. Varela / 20 Minutes
  • Malgré le déconfinement, le magasin Primark reste fermé et aucune date d’ouverture n’est pour l’instant communiquée.
  • La difficulté semblerait d’ordre sanitaire, l’enseigne de mode à petits prix pourrait être en effet victime de son succès annoncé.

Voilà des mois que l’enseigne de mode à petits prix Primark est attendue avec impatience, parfois irrationnelle, par de nombreux consommateurs. Installée dans un bâtiment flambant neuf au cœur de Strasbourg, la rumeur courait même que l’enseigne allait ouvrir dès décembre. Peu probable, en cette période de l’année où les restrictions de circulation et d’accès au centre-ville, marché de Noël oblige, rendaient cela impossible. Nouveau sursaut en mars, avec l’annonce officielle de son ouverture prévue pour le 16 avril. Faux départ encore :  coronavirus, confinement, déconfinement… En cette mi-juin, les portes sont toujours closes même si les enseignes adjacentes comme H&M ou Uniqlo sont bien ouvertes. Mais que se passe-t-il ?

Questionnée par 20 Minutes, la marque Primark n’a pas souhaité indiquer une date d’ouverture pour son site strasbourgeois, mais promet que celle-ci sera « communiquée dans les prochaines semaines ». Mystère, donc. Problème logistique ? Politique ? Jugée comme une firme « antisociale », « climaticide » par plusieurs collectifs, la marque irlandaise n’a pas que des aficionados. L’on se rappelle encore à Strasbourg d’une action de fausse campagne d’affichage publicitaire en février dernier, annonçant l’annulation de l’ouverture du 16 avril (une prémonition ?).

Le magasin Primark à Strasbourg le 10 juin 2020.
Le magasin Primark à Strasbourg le 10 juin 2020. - G. Varela / 20 Minutes

Trop de monde attendu ?

« Non, pas d’opposition » de sa part, affirme Paul Meyer, adjoint au maire au commerce et également adjoint du quartier. Si l’élu reconnaît que, à titre personnel, Primark n’est pas son « dada », il rappelle « l’importance pour tous les Strasbourgeois, quel que soit le quartier d’où ils viennent, de pouvoir trouver ce qui les intéresse dans le centre-ville ». Mais aussi « d’éviter de les perdre dans ces horribles zones commerciales de périphérie, qui sont un cauchemar pour l’environnement, pour l’emploi, et pour le patrimoine culturel ».

Ce qui pourrait expliquer en partie ce report selon l’élu, c’est l’insertion même du nouveau bâtiment dans la ville. L’adjoint pointe ceux qui ont signé le permis de construire. Coincé « entre une rue du Noyer et son tram déjà complètement congestionnée le samedi, même pour les piétons, et le quai Kellermann, trop petit, on aurait dû demander un retrait un peu plus important ». Une occupation de l’espace qu’il juge même être « une grosse erreur en matière d’urbanisme et de gestion des flux » et qui lui « fait craindre le pire ». De plus, avance Paul Meyer, le respect des gestes barrières et la distanciation physique, lors de l’ouverture et ses milliers de clients, serait impossible à tenir. « L’organisateur d’un tel événement serait tenu de garantir la bonne tenue de ces conditions. Je n’en vois pas beaucoup aujourd’hui capable de garantir cela… »

Le magasin Primark à Strasbourg le 10 juin 2020.
Le magasin Primark à Strasbourg le 10 juin 2020. - G. Varela / 20 Minutes

Pour la sécurité de tous

Une difficulté organisationnelle que partage Pierre Bardet, directeur général de l’association de commerçants Les Vitrines de Strasbourg. S’il se dit ravi de l’arrivée prochaine de Primark, « une locomotive pour le centre-ville », il souligne la difficulté d’un tel événement avec les normes sanitaires actuelles. « Cela va faire venir en même temps des milliers de visiteurs, d’un rayon de plus de 150 km. Ce n’est pas une ouverture ordinaire. Il y aura des files d’attente sur tous les quais, beaucoup de proximité, des jeunes les uns contre les autres, prédit le commerçant. Même si on oblige les gens à rentrer au compte-gouttes, avec des contrôles, il y aura, dehors, des milliers de personnes. »

Des raisons sanitaires que semble appuyer Primark. Même si les premiers 250 employés fraîchement recrutés sont prêts à accueillir le public, la marque indique vouloir assurer la sécurité de tous. « Rien ne compte plus pour nous que la santé et le bien-être de nos employés et de nos clients, a-t-elle indiqué à 20 Minutes. C’est pourquoi nous n’ouvrirons notre magasin de Strasbourg que lorsque nous serons convaincus qu’il est sûr de le faire. » Alors encore un peu de patience…