Municipales 2020 à Strasbourg : Entre Fontanel et Vetter, c’est Strasbourg mon amour

POLITIQUE Première conférence de presse de la toute nouvelle équipe née de la liste LREM d’Alain Fontanel et LR de Jean-Philippe Vetter, Unis pour Strasbourg

Gilles Varela

— 

Alain Fontanel (LREM) et Jean-Philippe Vetter (LR) Unis pour Strasbourg
Alain Fontanel (LREM) et Jean-Philippe Vetter (LR) Unis pour Strasbourg — G. Varela / 20 Minutes
  • Lors de la première conférence de presse donnée mercredi par la nouvelle liste Unis pour Strasbourg, Alain Fontanel (LREM), tête de liste et Jean-Philippe Vetter (LR), il n’a été question que de concorde, de respect, de confiance réciproque et de convergences.
  • Alain Fontanel a révélé avoir également discuté avec Catherine Trautmann (PS), sans avoir forcément reçu en échange les réponses attendues.
  • Il a aussi indiqué qu’il proposerait, s’il était élu, la présidence de l’eurométropole à Jean-Philippe Vetter.

C’est plus qu’une fusion de liste, c’est tout simplement fusionnel entre les deux hommes. Une « rencontre ». Lors de la première conférence de presse donnée mercredi par la nouvelle liste Unis pour Strasbourg, Alain Fontanel (LREM), tête de liste et Jean-Philippe Vetter (LR), il n’a été question que de concorde, de respect, de confiance réciproque et de convergences. « Unis face aux défis qu’ils vont devoir relever ensemble. » « Une complémentarité qui est une chance » pour ce second tour des municipales a surenchéri Jean-Philippe Vetter.

Une conférence de presse ou chacun a célébré les qualités de l’autre et souligné « la nécessité de prendre leurs responsabilités » dans l’intérêt de Strasbourg. Une situation qui « imposait de prendre de la hauteur et de mettre de côté les querelles et les ego. Avec l’objectif d’agir dans l’intérêt général et non pas l’intérêt des partis. »

« Un éparpillement politique inédit »

Alain Fontanel a révélé avoir également discuté avec Catherine Trautmann (PS), sans avoir forcément reçu en échange les réponses attendues. L’actuel premier adjoint au maire n’a pas manqué de souligner la situation « marquée par un éparpillement politique inédit, source de fragilité et d’instabilité. » Et pour enfoncer le clou, Alain Fontanel a indiqué qu’il proposerait, s’il était élu, la présidence de l’eurométropole à Jean-Philippe Vetter. Lequel s’est empressé de rappeler qu’il fallait créer une vraie complémentarité entre Strasbourg et les autres communes.

Alain Fontanel a également donné les grandes lignes de leur programme. Ce dernier s’articulera autour de quatre points. A savoir la relance économique, l’unité de Strasbourg, « aujourd’hui trop fragmentée par les inégalités et la pauvreté, notamment dans les quartiers », le civisme et la responsabilité, qui « deviendra une priorité dans toutes nos politiques » et enfin « la qualité de vie pour tous avec un urbanisme moins dense, plus vert et une ville plus respirable. » Tout un programme qui sera précisé dans les prochains jours.