Municipales 2020 à Strasbourg : La date du 2e tour des municipales ne ravit pas les candidats

ELECTION En tête au 1er tour, seule Jeanne Barseghian semble bien accueillir la date du 28 juin

Thibaut Gagnepain

— 

La mairie de Strasbourg, place Broglie.
La mairie de Strasbourg, place Broglie. — G . VARELA / 20 MINUTES
  • C’est officiel depuis ce vendredi midi : le 2e tour des élections municipales se tiendra le dimanche 28 juin. Avec cependant une clause de revoyure : si le conseil scientifique émet dans quinze jours un avis défavorable à la tenue du scrutin, il sera reporté.
  • A Strasbourg, quatre candidats sont concernés par ce deuxième tour : Jeanne Barseghian (EELV), Alain Fontanel (LREM), Catherine Trautmann (PS) et Jean-Philippe Vetter (LR).
  • Que pensent les quatre de cette annonce gouvernementale ? Ils se sont tous exprimés auprès de 20 Minutes.

Le gouvernement vient à peine de fixer au 28 juin la date du 2e tour des élections municipales

… que la première petite pique fuse à Strasbourg. Elle est signée Alain Fontanel, le candidat LREM qui avait recueilli 19,86 % des suffrages le 15 mars. Assez loin de Jeanne Barseghian, en tête avec 27,87 % des voix. C’est justement en direction de la tête de liste EELV que l’actuel premier adjoint a dégainé.

« Les électeurs devront désigner des responsables à même de gérer la situation et non pas une équipe qui cherche à faire de l’idéologie sur tous les sujets, comme le port du masque », a-t-il lancé. Une allusion directe à la position de l’élue écologiste qui a émis des réserves jeudi à propos de l'arrêté signé par le maire Roland Ries.

« Une bonne chose que la vie démocratique puisse reprendre ses droits »

Ce n’est le seul sujet sur lequel les deux candidats s’opposent. Le 2e tour dans un peu plus d’un mois ? « Nous nous étions préparés à cette éventualité. C’est une bonne chose que la vie démocratique puisse reprendre ses droits », réagit Jeanne Barseghian. L’écologiste précise « avoir à l’esprit » que la clause de revoyure pourrait encore tout annulé.

Du côté d’Alain Fontanel, le choix du 28 juin est moins bien accueilli. « Je prends acte du calendrier mais j’aurais préféré qu’on attende quelques mois afin que le débat soit organisé sereinement », estime-t-il, rejoint sur ce point par les deux autres participants au 2e tour : Catherine Trautmann (19,77 %) et Jean-Philippe Vetter (18,26 %).

« Ça va affaiblir la démocratie locale »

« Pour moi, la décision du gouvernement est inconséquente. On va reproduire l’erreur du 1er tour où le taux de participation avait été extrêmement faible (34,37 %) et ça va affaiblir la démocratie locale », pointe ce dernier, étiqueté LR. « La préoccupation actuelle des Français est davantage tournée vers la santé que vers ce scrutin », prolonge la représentante du PS et ancienne maire de Strasbourg.

Dans des discours assez similaires, les deux regrettent également une campagne tronquée où les contacts physiques seront très réduits. « On ne pourra plus faire tout ce qu’on faisait jusque-là. Et qu’on ne me parle de digital, tous les gens ne sont pas connectés », ajoute Catherine Trautmann, avant de préciser qu’elle se pliera aux nouvelles règles établies. « Car je suis une démocrate. »