Strasbourg : A la ville-frontalière allemande de Kehl, « sans Français, y'a plus rien ici »

REPORTAGE Le passage de la frontière allemande est très limité jusqu'au 15 juin

Thibaut Gagnepain

— 

Un cycliste quitte Strasbourg et arrive sur le Pont de l'Europe. Au bout, la ville-frontière de Kehl... où un contrôle policier l'attend.
Un cycliste quitte Strasbourg et arrive sur le Pont de l'Europe. Au bout, la ville-frontière de Kehl... où un contrôle policier l'attend. — T. Gagnepain / 20 Minutes
  • Finies les courses moins chères de l’autre côté de la frontière allemande ! Depuis mi-mars, et jusqu’au 15 juin, le passage outre-Rhin est très limité.
  • Les commerçants de la ville-frontière de Kehl, où les Strasbourgeois viennent acheter cigarettes, couches, cosmétique, carburant etc., souffrent.
  • « Notre clientèle, c’est 95 % de Français alors là… Tous les magasins ont besoin de voir la frontière rouvrir », lance le tenant d’une station-service

Des barrières, des policiers et des voitures au ralenti. Depuis mi-mars, la frontière allemande a repris place au bout du pont de l’Europe. Entre Strasbourg et Kehl, le tramway ne fonctionne même plus. Les traversées sont désormais limitées à des motifs bien précis… Finies les petites courses moins chères !

En Alsace, le bon plan est connu :  carburant, cosmétique, produits d’hygiène et nourriture méritent d’être achetées outre-Rhin. Sans parler des cigarettes. « Un paquet, c’est 6 ou 7 euros, contre 10 chez nous », détaille Fabrice, un des rares Français croisés ce lundi à Kehl.

« Je ne pense pas qu’on se fera arrêter pour si peu »

Avec son ami Mohammad, ils ont évité les contrôles à l’aller mais craignent le retour. « On n’avait plus de tabac donc on a tenté notre chance. Maintenant, on va voir. J’ai déjà payé une fois une amende, je ne pense pas qu’on se fera arrêter pour si peu », explique le conducteur, surpris de l’ambiance désertique de la ville-frontière.

D’habitude si agitée, la Strassburger Strasse est bien silencieuse ce lundi. Peu de circulation, des parkings à moitié vides, les commerces tournent au ralenti. Le Dm-drogerie markt, souvent pris d’assaut, en est la parfaite illustration. A l’intérieur, plusieurs caisses sont fermées et les allées sont vides.

Le parking du Dm-drogerie markt à moitié vide : une scène rare à Kehl avant la pandémie mondiale.
Le parking du Dm-drogerie markt à moitié vide : une scène rare à Kehl avant la pandémie mondiale. - T. Gagnepain / 20 Minutes

L’avis des vendeurs sur la situation ? « On n’a pas le droit de répondre, appelez le siège de l’entreprise », répond l’une d’entre eux, avant de sourire sur l’après-midi « tranquille » qui se profile. En face, le gérant d’une station-service est plus bavard. « Nous avons très peu de clients », soupire Thomas en regardant sa quinzaine de pompes inoccupées. « Notre clientèle, c’est 95 % de Français alors là… Tous les magasins ont besoin de voir la frontière rouvrir. »

Une opinion partagée par cette salariée du « Monte-Carlo », un des nombreux « Spielcasino » de la ville allemande. Kehl est aussi un petit eldorado pour les Français qui veulent s’adonner aux jeux de hasard. « D’habitude, la trentaine de machines [à sous] est prise à cette heure… Là, ça ne va plus du tout, peste Christina. J’ai déjà quatre cinq collègues qui ont vu leur contrat s’arrêter. Moi, je n’ai pas trop peur mais le propriétaire doit être inquiet. Sans Français, y’a plus rien ici ! »

La rue principale de Kehl, avec ses terrasses autorisées à rouvrir depuis ce lundi 18 mai.
La rue principale de Kehl, avec ses terrasses autorisées à rouvrir depuis ce lundi 18 mai. - T. Gagnepain / 20 Minutes

« Les Français représentent 40 % de notre clientèle alors forcément, ils manquent »

Dans les rues en direction du centre-ville, les répercussions sautent moins aux yeux. « Le business a même été très bon en début de confinement et là, ça va encore », avoue Kevin, de la boutique « La vie en Bio ». Rouvertes depuis lundi, les terrasses des cafés et pâtisseries accueillent leurs premiers consommateurs. Là encore, presque exclusivement des Allemands.

« On a dû passer le nombre de tables de 30 à 20, pour qu’elles soient plus espacées », explique Jürgen derrière son comptoir. « Je dirais que les Français représentent 40 % de notre clientèle alors forcément, ils manquent », poursuit-il, sans vouloir se prononcer sur le rétablissement de la frontière.

D 'un côté et de l'autre du Pont de l'Europe à Kehl, les policiers allemands contrôlent les passants et cyclistes.
D 'un côté et de l'autre du Pont de l'Europe à Kehl, les policiers allemands contrôlent les passants et cyclistes. - T. Gagnepain / 20 Minutes

Nathalie, elle, la traverse chaque jour pour venir travailler dans un salon de coiffure du centre commercial de Kehl. Depuis la réouverture de son commerce le 20 avril, elle a vu les contrôles peu à peu s’alléger. « Mais au début, même moi comme frontalière, je n’avais pas le droit de faire mes courses ici. Des Français se sont même fait dénoncer car on voyait leurs plaques d’immatriculations sur les parkings ! », se souvient-elle, écœurée.

« Depuis le 11 mai, on y est de nouveau autorisé et je suis un peu devenue la transporteuse de cigarettes pour mes amis ! Je ramène une cartouche par jour, pas plus », ajoute la quadragénaire, dans l’attente désespérée d’un client ce lundi après-midi. « Il y a des jours, on est à -50 % de chiffre d’affaires… Il faut vite que les Français puissent revenir. Kehl est une petite ville et a besoin de Strasbourg. »

Pour ceux qui prennent la direction de Strasbourg, la police française aux frontières effectue aussi des contrôles. Une attestation de déplacement international est nécessaire.
Pour ceux qui prennent la direction de Strasbourg, la police française aux frontières effectue aussi des contrôles. Une attestation de déplacement international est nécessaire. - T. Gagnepain / 20 Minutes

Encore un peu de patience. La levée complète des barrières est programmée au 15 juin.