Déconfinement à Strasbourg : La rentrée à l’hippodrome se courra à huis clos

BRIDÉS Des professionnels masqués, pas de public : la reprise des courses de chevaux à Strasbourg, le 16 mai, se fera dans des conditions très particulières

Charles Montmasson
— 
Dix courses sont prévues à l'hippodrome de Hoerdt le 16 mai (archives).
Dix courses sont prévues à l'hippodrome de Hoerdt le 16 mai (archives). — G . VARELA / 20 MINUTES
  • Après deux mois de confinement, l'hippodrome de Strasbourg-Hoerdt a reçu l'autorisation de reprendre ses activités
  • Trois courses qui devaient se tenir à Wissembourg y seront organisées
  • La prochaine réunion, le 16 mai, se tiendra sans spectateurs, selon des règles sanitaires strictes

Il faudra montrer patte blanche, samedi 16 mai, pour entrer à l’hippodrome de Strasbourg-Hoerdt. Après deux mois de suspension à cause du confinement, les chevaux feront leur retour, mais pas les spectateurs. En plus du huis clos, le cahier des charges de la Fédération nationale des sports hippiques limite à deux le nombre de personnes accompagnatrices par cheval, qui devront être pré-inscrites.

« La température sera prise à l’entrée, et les personnes qui auront plus de 38 °C ne pourront pas passer, ajoute Lucien Matzinger, président de la société de courses de Strasbourg. Les vestiaires ont été réaménagés pour laisser 1,50 m de distance entre chaque cavalier. Tout le monde portera un masque, certains jockeys ont même dit qu’ils le garderaient pendant la course. »

Un trou dans le budget

Des courses masquées, voilà une situation très inhabituelle, tout comme l’absence de public : les réunions à l’hippodrome attirent d’ordinaire plusieurs centaines de spectateurs. « Ne seront présents qu’une soixantaine de personnes dans la zone des organisateurs, et 60 à 70 personnes dans la zone des box », décrit Lucien Matzinger.

La reprise des courses, après le 11 mai, a été autorisée par la préfecture du Bas-Rhin et par la mairie d’Hoerdt. « Cette rentrée est un peu spéciale, mais on l’attend quand même avec impatience, confie l’organisateur. L’entraînement des chevaux a pu continuer, mais cela fait deux mois qu’ils n’ont pas couru et il y aura beaucoup de partants le 16 mai. » Depuis la suspension des courses au niveau national, le 17 mars, cinq courses ont été annulées, pour un manque à gagner d’environ 30.000 euros pour l’hippodrome.

Une reprise des paris espérée

Quelques courses annulées pourront être rattrapées lors des prochaines réunions, mais l’activité restera limitée dans les semaines à venir. « Pendant un ou deux mois, nous allons pratiquement courir à perte, mais il fallait redémarrer la machine pour les professionnels du secteur », explique le président de la société de courses strasbourgeois.

Comptant notamment sur une reprise des paris chez les buralistes, qui avait été elle aussi suspendue, il espère séduire un nouveau public de joueurs privés de paris sportifs par le confinement.

Des courses à Reims, pas à Nancy

En attendant, tous les hippodromes ne seront pas remis en activité.
« L’organisateur national France Galop a décidé de ne pas courir sur les hippodromes de 2e catégorie », indique Lucien Matzinger. L’hippodrome de Strasbourg accueillera ainsi trois réunions prévues initialement à Wissembourg.

Autre pôle régional du Grand-Est, avec ceux de Strasbourg et de Reims, l’hippodrome de Nancy a décidé de reporter sa réouverture. Evoquant le risque pour les personnels « de courir aussi près de la date de déconfinement », il souligne sur Facebook la difficulté « de réunir suffisamment de personnes bénévoles pour respecter, et faire respecter le cahier des charges particulièrement strict » de la fédération. Les deux réunions de trot prévues en mai à Nancy se courront donc à Reims.

Quand le public pourra-t-il de nouveau assister aux courses ? « Les grands festivals et événements avec un public nombreux ne pourront se tenir au moins jusqu’à mi-juillet prochain », prévenait Emmanuel Macron le 13 avril. A Strasbourg, l’hippodrome termine sa saison le 28 juin, ce ne sera donc pas avant septembre.