Coronavirus à Strasbourg : Un défi économique pour l’eurométropole

BUDGET Les conséquences de l’épidémie ont déjà coûté 28 millions d’euros à l’eurométropole de Strasbourg

Charles Montmasson

— 

La baisse du versement transport représente un manque à gagner de 18 millions d'euros (archives).
La baisse du versement transport représente un manque à gagner de 18 millions d'euros (archives). — G . VARELA / 20 MINUTES
  • Face à la crise, 2 millions d’euros ont été dépensés par l’eurométropole, dont 1 million pour soutenir les entreprises via le fonds Résistance du Grand-Est
  • 26 millions d’euros manquent, côté recettes, notamment sur les transports en commun
  • La dégradation de l’activité aura des effets à plus long terme

Fin avril, la facture était estimée à 28 millions d’euros, mais elle va continuer à monter. Rien que d’ici à jeudi, date du prochain conseil de l’eurométropole, les dépenses engagées contre les effets de l’épidémie de coronavirus pourraient avoir poursuivi leur ascension, a prévenu ce lundi Caroline Barrière, vice-présidente en charge des questions budgétaires.

« C’est une crise pour laquelle nous avons un horizon temporel inconnu : peut-être qu’elle s’arrêtera très vite, peut-être qu’elle durera beaucoup plus longtemps », a-t-elle mis en garde. L’élue incite à la prudence même si, selon elle, l’eurométropole peut compter sur des « finances saines ».

Un fonds régional pour les entreprises

Parmi les dépenses immédiates, la protection des personnels et du public représente près d’un million d’euros, avec notamment l’achat de matériel. Un autre million permettra de soutenir les entreprises, via le fonds Résistance, lancé par le conseil régional du Grand Est. « Il s’agit d’un système d’avance sur recettes, pour assurer une trésorerie aux entreprises, leur permettre de faire le relais et de ne pas sombrer », a décrit Catherine Trautmann, vice-présidente de l’eurométropole en charge de la stratégie économique.

Si elles sont éligibles à ce fonds, des entreprises de moins de dix salariés recevront une avance de 5.000 euros à 10.000 euros. Des associations pourront obtenir une avance de 5.000 à 30.000 euros, avec une prime si des emplois sont maintenus. Une vingtaine de dossiers a déjà été déposée.

La baisse d’activité coûtera cher

Côté recettes, le manque à gagner est estimé à 26 millions d’euros pour l’eurométropole de Strasbourg, dont 18 millions de baisse de participation des entreprises aux transports en commun, à travers le « versement mobilité ». La taxe d’aménagement (-3,7 millions d'euros) et la taxe de séjour (-2 millions d'euros) sont également affectées.

A plus long terme, la baisse d’activité entraînera une baisse des recettes liées à la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises. Autre inquiétude, si le report de chantiers évite des dépenses immédiates, des surcoûts sont à prévoir.