Les chantiers du maire peuvent commencer

Philippe Wendling - ©2008 20 minutes

— 

Réélu dimanche, l'UMP Gilbert Meyer n'a pas caché sa joie, hier à 20 Minutes, de se retrouver pour cinq ans encore à la tête de Colmar. Avec 50,44 % des voix, il a devancé le divers droite Roland Wagner (29,72 %), l'écologiste Frédéric Hilbert (14,44 %) et le sans étiquette Tristan Denéchaud (5,39 %). Maire de la ville depuis 1995, son élection en mars dernier avait été invalidée par le tribunal administratif. Les juges avaient estimé en septembre que l'édile avait « excercé des pressions sur une partie de l'électorat » durant la campagne, en promettant notamment une subvention à une association désirant construire une mosquée.

Plutôt que de faire appel, il avait préféré s'en remettre au verdict des urnes. « J'aurai pu saisir le conseil d'Etat, mais je n'ai pas voulu afin de ne pas bloquer les dossiers concernant la ville pendant un an, explique Gilbert Meyer. Mais, même si je n'ai pas à commenter une décision de justice, comme le tribunal n'a pas reconnu de fraude, je trouve que le jugement était un peu léger. »

Dimanche, il a devancé son principal rival Roland Wagner de presque 21 points, contre 0,69 % des voix en mars. « Aujourd'hui, je n'ai rien à lui dire, explique Gilbert Meyer. Ou peut-être juste que l'on ne peut pas gagner en dénigrant son opposant comme il l'a fait, mais uniquement avec un projet. » Le sien consistera dans les mois à venir à lancer, entre autres, le chantier d'une médiathèque et la transformation du Centre Europe, une salle socioculturelle. Avant l'annulation de son mandat, le maire avait déjà instauré des réductions au cinéma pour les gens âgés et les moins de 16 ans ainsi qu'une prime de 100 euros par foyer pour l'achat d'un vélo neuf. Des mesures qualifiées de « mesurettes » par l'équipe de Roland Wagner, mais dont celui-ci a néanmoins reconnu l'efficacité dimanche soir, estimant qu'elles « ont certainement porté leurs fruits ». Sa liste disposera de sept sièges au conseil municipal, contre douze après le scrutin de mars.