Coronavirus en Alsace : Gel hydroalcoolique « tous les deux mètres », télétravail… Comment l’entreprise pharmaceutique Merck s’est adaptée

SANTÉ Le conjoint d’une salariée étant infecté, l’entreprise a pris des mesures

G.V. et T.G.
— 
L'entreprise Merck Milipore, à Molsheim (Bas-Rhin).
L'entreprise Merck Milipore, à Molsheim (Bas-Rhin). — G. Varela / 20 Minutes
  • Depuis une semaine, le quotidien de l’entreprise Merck est perturbé à Molsheim, dans le Bas-Rhin. Le conjoint d’une salariée a en effet contracté le coronavirus.
  • Quelles mesures a pris l’entreprise pharmaceutique ? Elle a notamment mis 600 de ses 1.500 collaborateurs en télétravail.
  • Et pour les autres ? Ils ont eu des réunions d’information, le nettoyage a été renforcé. « Je ne suis pas inquiet », revient dans la bouche de plusieurs d’entre eux, croisés sur le site.

Il est presque 14 heures, ce mercredi à Molsheim, dans le Bas-Rhin. Quelques employés de Merck Milipore garent leur véhicule avant de regagner leurs postes. Une journée normale ? Oui et non. Une semaine plus tôt, le quotidien de l’entreprise qui produit des équipements et des dispositifs médicaux pour des groupes pharmaceutiques a été un brin perturbé.

Mercredi dernier, une des salariés a appelé pour informer que son conjoint était touché par le coronavirus. « On lui a demandé de rester chez elle et on a immédiatement identifié les personnes qui auraient pu avoir été en contact avec elle », explique la direction. « Puis on leur a dit de télétravailler, comme à la cinquantaine d’employés du plateau que fréquentait la salariée. »

Le lendemain, l’entreprise allemande allait encore plus loin en proposant à 600 de ses 1.500 salariés de poursuivre leurs missions depuis leur domicile. « Dans leurs contrats, il y avait déjà un accord de télétravail pour six jours par mois. On l’a juste étendu », détaille encore la direction qui a aussi « augmenté la bande passante pour être sûr qu’il n’y ait aucun problème de connexion. Toutes les réunions se font par Skype, les gens sont connectés. »

Du gel hydroalcoolique ? « Il y en a tous les deux mètres »

Sur place, des dispositions ont aussi été prises pour les 900 collaborateurs restants. Ceux qui sont liés à la production et ne peuvent quitter les lieux sans conséquence directe sur le rendement. « Nous avions déjà du gel hydroalcoolique en haut et en bas de chaque rampe d’escalier, maintenant il y en a tous les deux mètres ou presque, affirme la direction. On a aussi renforcé le nettoyage du site et donné des consignes de précaution. »

L'entreprise Merck Milipore, à Molsheim.
L'entreprise Merck Milipore, à Molsheim. - G. Varela / 20 Minutes

« Il y a eu des protocoles mis en place, des réunions, on est informé », confirme une salariée, rencontrée devant l’entreprise. Chez elle comme chez ses collègues croisés, aucune crainte. « Je ne suis pas inquiet », revient dans plusieurs bouches. « On ne peut pas l’attraper plus qu’ailleurs alors pourquoi avoir peur ? », lance un autre salarié.

Notre dossier sur le coronavirus

Un peu plus loin, un prestataire assure que rien n’a changé depuis la semaine dernière. « Nos clients nous livrent normalement et nous aussi, nous n’avons aucune baisse de production », appuie la direction de Merck Milipore, qui n’envisage pas de rappeler tout son monde sur site au moins avant vendredi. « Ça dépendra de l’évolution de la situation mais on sait déjà que la salariée et son conjoint vont mieux. Ils sont rentrés chez eux et sont en quarantaine. Renvoyer 600 personnes chez eux nous a permis de mieux protéger ceux qui restaient. Ça limite la contamination. »